Jump to content

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation since 07/17/2014 in Links Comments

  1. Juste apporter quelques précisions en rapport à mon livre : Après trois années de recherche je publie enfin mon livre ' les poids monétaires historique, descriptifs et cotations ' aux éditions Omni. Ce livre en couleur rassemble pas moins de 148 poids français et étrangers avec un peu plus de cent Pages; pour chaque poids vous trouverez un indice de rareté ainsi que deux estimations en euros ainsi que la monnaie correspondante pour la majorité. Pour identifier plus facilement vos poids j'ai créé un classement par masse, du plus léger au plus lourd, il vous suffit de peser votre poids et de vous rendre à la page correspondante.
    1 point
  2. Les vignettes seront bientôt stockées ici automatiquement, ce sera alors possible.
    1 point
  3. L’atelier monétaire de Dole (Comté de Bourgogne) sous Philippe II d’Espagne, un type monétaire inédit !. Ce règne donna lieu à quatre émissions monétaires (voir http://dole-monnaies-jetons.fr/). La quatrième se caractérise par une relative simplicité, en effet seulement deux types de monnaies retrouvés, d’une part les carolus et d’autre part les double deniers, tous deux fabriqués de 1591 à 1607. Il peut paraître paradoxal de voir si peu de types alors que les séries précédentes allaient au minimum du carolus au niquet. Dernièrement, est apparu une monnaie semblant totalement inédite. Voici un cliché permettant de comparer celle-ci avec le carolus de même type : Carolus de 1594 (à gauche) et type inédit de1594 à droite) Voici également les dessins des deux types : On remarque bien la différence de module entre ces deux types monétaires. Ce n’est donc pas un carolus rogné, le doute n’a plus lieu d’être si on compare les poids, le carolus de la quatrième émission pèse en théorie 2,10 gramme et en moyenne réelle 1,61 gramme, cette monnaie inédite ne faisant que 0,90 gramme et ayant un diamètre de 17,5 / 15,8 comparés aux 23,3 / 16,2 des carolus. De plus aucun document d'époque ne parle de cette monnaie. Par ailleurs, on sait qu’après 1590 et la banqueroute de Hugues Maire (qui avait pris la ferme de l’atelier en 1589), ce sont François de Bruxelles et J. Belin qui ont été commis pour la fabrication (en 1591), mais il n’a été frappé que des carolus (à 128 pièces au marc) et des double deniers (à 80 pièces par marc). Mais comme en1593 et dans une moindre mesure, en 1594 nous trouvons une très grande quantité de carolus (plus de 170 exemplaires retrouvés pour 1593 et plus de 70 pour 1594, soit presque 53% du total), de fait on peut penser qu’il y a eu abondance de billon à frapper. Ne serait-il pas envisageable qu’il y ait eu une frappe de blanc (ou demi carolus), soit pour essai soit pour combler le vide entre les carolus et double deniers, et que celle-ci n’ait été que très confidentielle, la frappe des carolus retombant à un niveau très faible dès 1595 (16 exemplaires retrouvés) puis continuant à décliner en 1596 et également les années suivantes… Au vu de sa taille, de son poids élevé, ce doit être un blanc de type nouveau. De ce fait, ce type nouveau et inédit sera classé sous le N° 24. Il reste quelques inconnues et questionnements, en admettant que ce soit bien un blanc, pourquoi un type "hybride" entre les blancs de type "ancien" (au buste et à la croix brochant sur l’écusson de Franche-Comté) et les liards (avec l'écusson du Comté sans la croix) ? Et enfin, dernière et seule certitude, ce type doit être très rare, puisqu'il a échappé à tous les numismates depuis plus de 150 ans ! T.EUVRARD
    1 point
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.