Aller au contenu
  • medaille59
    medaille59

    Les Saluts d'or

     

    A partir de 1421, le roi de France Charles VI fait frapper un nouveau type de monnaie d'or : le salut d'or. Nous sommes en pleine guerre de Cent Ans et son rival le roi d'Angleterre Henry V s'empresse de copier le salut pour en faire usage, notamment dans ses possessions françaises.

     

    La Salutation angélique

     

    D'où vient ce nom de Salut ?

     

    C'est une époque ou politique et religion sont étroitement mêlées, l'une ne va pas sans l'autre. Ce n'est d'ailleurs pas la première monnaie faisant référence à la religion. Toutes les monnaies de l'époque portent une référence religieuse, qu'il s'agisse de la mention divine du roi, de références bibliques…

     

    Quelques exemples, parmi tant d’autres :

     

     

    5948393637d04_MoutondorJeanIIleBon.thumb.jpg.23d72aff50396c7ef60e9de0ecb9de8f.jpg

    Mouton d’or de Jean II le Bon (r.1350-1364)

    Diamètre 31mm, poids 4,69g.

    La référence religieuse est ici évidente, la monnaie représentant l’Agneau Pascal, avec en légende d’avers «+AN.DEI.QVI.TOLL.PCCA.MVDI. MISERERE.NOB »

    (« Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde, prends pitié de nous »), qui est une prière d’usage courant à partir du XIIème siècle

    (son origine se trouve dans l’évangile selon Saint Jean, qui attribue cette citation à Jean le Baptiste - Jean 1,29)

    © Monnaiedantan

     

     

    Du côté anglais :

     

     

    594839785d3e7_Guyennoisdor.jpg.71c7e0285469262fd1113cf7bcb150ea.jpg

    Guyennois d’or de Henry III (r. 1216-1272)

    Diamètre 30mm, poids 3,79g.

    Intéressons-nous au revers de la monnaie qui en légende d’une croix porte le texte « GLIA IN EXCELOIS DEO ET IN TR'A PAX HOMINIBVS »

    (« Gloire à Dieu dans les Cieux et paix aux hommes sur la Terre »), texte tiré de l’Évangile selon Saint Luc (2,14)

    © Monnaiedantan

     

     

    59483993386a6_NobledorEdouardIII.jpg.62caabaa8b8911a4f6837aa474d8fbd8.jpg

    Noble d’or d’Edouard III(r. 1327-1377)

    Poids 7,63g, diamètre 33mm.

    Avers : « x ED-WARD x DEI x GRA x REX x AnGL x DnS x HYB x ACIT x » (« Édouard, par la grâce de Dieu, roi d’Angleterre, seigneur d’Irlande et d’Aquitaine »)

    Revers : « + Ih'Cx AVTEmx TRAnsIEnSx PERx mEDIVx ILLORVmx IBAT » (« Mais Jésus, passant parmi eux, continue son chemin », Luc, 4, 30)

    © comptoir des monnaies

     

     

    Ces trois exemples ne sont évidemment pas exhaustifs, il faudrait par exemple citer tout le monnayage d’or français de l’époque, qui porte une référence divine dans chaque légende d’avers (XPC VINCIT etc.), ou une grosse partie du monnayage anglais….

     

    Le Salut d’or évoque une scène biblique, celle de l’Annonciation : l’Archange Gabriel se présente à Marie, la salue, et lui annonce qu’elle va recueillir en elle la Parole de Dieu pour donner naissance à Jésus. C’est la scène du salut qui est explicitement représenté : D’après Saint Luc, l’ange Gabriel s’adresse en ces termes à Marie « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous » (Luc 1,28) et qui donnera en latin « Ave, gratia plena, dominus tecum », ce qui sera à l’origine de la prière « Ave Maria » et des prières de l’angélus, dont ls trois versets sont chacun ponctués de cette même prière « Ave Maria ».

     

    Cette scène est importante dans la tradition chrétienne, et se retouve de fait souvent mentionnée ou représentée :

     

     

     

    5950811177457_CathdraledeChartres.JPG.10d7b4ffd9a2e65cd25963b656bc5b9a.JPG

    VItrail de la cathédrale de CHartres, représentant l'Annonciation

     

     

    botticelli-uffizi-annonciation_800.thumb.jpg.6e12eda91ffbe92f1726613bccc63d82.jpg

    L'Annonciation de Botticelli, peinture sur bois, 1489-1490 (Galerie des Offices, Florence)

     

     

    La scène représente donc l’Archange Gabriel, à droite, tendant à Marie un parchemin portant l’inscription « AVE » (« Salut »), ce qui correspond donc à la première partie de l’Annonciation. Le terme Salut s’impose de lui-même pour nommer cette monnaie.

     

     

     

    Le Salut d’or français

     

    Le Salut d’or est créé par lettre patente le 11 août 1421 : module en or titrée 1000 millièmes, d’un poid de 3,9g, et valant 25 sous tournois, cette monnaie marque la volonté du souverain de tenter de retourner à une « bonne » monnaie.

    Il est également fait mention de l’existence d’un demi salut, mais je n’en ai trouvé trace nulle part : a-t-il été réellement frappé ?

     

    L’avers de la monnaie représente donc comme dit précédemment une représentation de la Salutation angélique : de part et d’autre de l’écu de France surmonté d’une couronne, l’Archange Gabriel, ailes à demi déployées, tendant un parchemin sur lequel apparait le mot « AVE » à la Vierge Marie, nimbée, et élevant ses deux mains. La scène est surmontée des rayons de soleil divins.

    La légende porte la mention « + KAROLVS x DEI x GRATIA x FRACORVM x REX » (« CHARLES PAR LA GRACE DE DIEU ROI DES FRANCS »).

     

    Au revers, on trouve une croix latine pleine, accostée de deux lys et surmontant l’initiale royale K. L’ensemble se trouve dans un décalobe orné de fleurs de lys.

    En légende « + XPC VINCIT * XPC REGNAT * XPC IMPERAT », traduit par « LE CHRIST VAINC, LE CHRIST REGNE, LE CHRIS COMMANDE ».

     

    A noter que c’est sous le règne de Charles VI qu’apparait le système des points secrets, destiné à identifier l’atelier de frappe.

     

     

    59483abfabe02_CHARLESVISalutdor.jpg.5211a2ef024a4e91c0ba4511810fd7f3.jpg

    Salut d’or de Charles VI.

    Poids 3,84g, diamètre non renseigné.

    Atelier de Paris (point 18ème)

    ©puchabat.com

     

     

    Charles VII (r. 1422-1461) reprend la frappe des saluts d’or sous son règne (ordonnance du 20 mai 1423), mais le poids de la monnaie est abaissé à 3,49g (70 au marc au lieu de 63). Le titre de la monnaie reste à 1000 millièmes.

    Le graphisme de la pièce reste identique.

     

    A l’issue du règne de Charles VII, la frappe des saluts d’or s’arrête.

     

     

    Le salut d’or anglais

     

    Les rois d’Angleterre sont prétendants à l’héritage de la couronne de France depuis la mort du dernier des capétiens direct, et du choix de Philippe VI de Valois comme roi de France, ce qui a provoqué plus ou moins directement la guerre de cent ans. En 1419, le dauphin Charles, fils et héritier du roi de France Charles VI, est accusé de complicité dans le meurtre du duc de Bourgogne Jean sans Peur. Il est déshérité et, le 21 mai 1420, Charles VI signe le traité de Troyes qui stipule que la couronne de France sera cédée à l'héritier d'Henry V d'Angleterre sous réserve que celui-ci épouse une des filles du roi de France.

     

    Depuis que le conflit fait rage, l’Angleterre contrôle un immense territoire en France : Bretagne, Normandie, bassin parisien, bassin bordelais, Champagne, Alsace… Lorsque le roi Charles VI entreprend la frappe des saluts d’or, Henry V se lance à son tour dans la frappe de la même monnaie.

     

    Cette dernière est au même titre et poids que le modèle français. Le graphisme est par contre différent, même si le thème de la monnaie (représentation de la salutation angélique est conservé) :

     

    L’avers représente donc toujours le salut de l’Archange Gabriel à la Vierge Marie, mais les deux personnages sont placés autour d’un écu écartelé de France-Angleterre, armes en usage depuis Édouard III, qui rappellent les prétentions sur le trône de France du roi d’Angleterre.

    La légende de l’avers devient « + HENR x DEI x GRA x REX x ANGL’ x HERES x FRANCI » (« HENRY, PAR LA GRACE DE DIEU, ROI D’ANGLETERRE ET HERITIER DE FRANCE »).

     

    Le revers est inchangé, seule la croix latine est dorénavant accostée d’un lys et d’un léopard. L'initiale royale sous la croix devient bien évidemment un H.

     

    La monnaie est frappée en 1421 et 1422 dans les ateliers de Rouen.

     

    On peut trouver la mention d’un demi salut, sans que l’existence de ce dernier soit avérée.

     

     

    59483bf8668ce_HENRIVSalutdorcgb.thumb.jpg.63e39bfa76256e0707aa40d4e51e81d2.jpg

    Salut d’or de Henry V de Lancastre

    Poids 3,87g, diamètre 27mm.

    Atelier de Rouen.

    ©cgb.fr

     

     

    A la mort de Henry V en 1423, son fils lui succède sous le nom de Henry VI.

    Ce dernier devient roi d’Angleterre et de France d’après le traité de Troyes. On se trouve donc dans une situation ou deux rois de France cohabitent : Charles VII et Henry VI.

     

    Henry VI reprend la frappe des saluts d’or sur le modèle des saluts d’or de Charles VII (avec une baisse de poids d’un demi gramme environ donc), mais en modifie le graphisme de l’avers :

    Les personnages sont désormais vu à mi-corps et placé derrière les écus de France à gauche et de France-Angleterre à droite.

    La légende devient « (Mm) HENRICVS: DEI: GRA: FRACORV: Z: AGLIE: REX » (« HENRY, PAR LA GRACE DE DIEU, ROI DES FRANCS ET DES ANGLAIS »).

     

    Le revers reste inchangé.

     

    L’atelier est représenté par un symbole placé en début de légende :

     

    Agneau pascal = Amiens

    Losange = Arras

    Fer de moulin = Auxerre

    Croissant = Chalons

    Saint-Suaire = Dijon

    Trèfle = Mâcon

    Racine = Le Mans

    Étoile = Nevers

    Couronne = Paris

    Fleur de Lys = Saint-Lô

    Molette = Saint Quentin

    Léopard = Rouen

    Rose = Troyes

     

    On notera deux émissions de cette monnaie : le 06/02/1423 et le 06/09/1423.

     

     

     

    59483c4cd318b_SalutdorHenryVI.thumb.jpg.bb2d69053cf4d26f7262842dbf0f8b48.jpg

    Salut d’or d’Henry VI de Lancastre

    Poids 3,5g, diamètre 27mm.

    Atelier de Saint-Lô

    Modifié par medaille59



    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

    Chargement



×
×
  • Créer...

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.