Jump to content

pascalus66

Members
  • Posts

    661
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    37

Everything posted by pascalus66

  1. , c'est effectivement un jeton de compte banalisé produit par les ateliers de Nuremberg. Ce type est dit au globe crucigère ou à la rose et est habituellement daté du XVIème siècle mais il est certain que sa phase de production fut bien plus longue et se soit étendue du milieu de XVème à la fin du XVIIIème siècle... Ceci explique la quantité très importante de variantes de légendes qui existent (probablement plus d'une centaine...). Ces légendes sont souvent à connotation religieuse et évoquent la puissance divine mais elles peuvent aussi être constituées de maximes populaires ou de la titulature du graveur (et dans ce cas permettre une datation plus précise) ou encore présenter simplement une suite de lettres sans signification apparente... , pascalus66
  2. , jeton de compte aux écus pour le règne de Louis XIII ; cuivre ; 28 mm ; atelier : Monnaie du Louvre ; graveur indéterminé ; réf. F 12054 / M 3140 a/ écus de France & de Navarre accolés sous une grande couronne fermée, un H & un M liés posés sur un rameau sous les écus, le tout ceint des deux colliers des Ordres du roi ; Titulature " LVDOVICVS.XIII.D.G.FR - ANCORVM.ET.NAV.REX. " r/ vue cavalière d'une ville derrière son rempart, au-dessus, le nom de Jeovah au milieu de nuées rayonnantes ; date " .1613. " à l'exergue ; légende " COELVM.INTVENT - I.SORDET.SOL. " avec O & E liés La présence du monogramme de Henri IV & Marie de Médicis sous les écus de l'avers indiquent la réutilisation d'un poinçon antérieur lors de la fabrication du coin d'avers de ce jeton, ce qui est courant dans les premières années du règne de Louis XIII.... Sans être courant, ce jeton n'est pas une rareté et sa valeur dans cet état est faible ; quelques part entre quasiment rien et pas grand chose... , pascalus66
  3. , jeton de compte banalisé " à la nef " produit par les ateliers de Nuremberg sur le modèle des jetons des échevins parisiens ( d'où la présence de la nef ) ; XVIème - XVIIème... Les légendes semblent fictive sur cet exemplaire... , pascalus66
  4. la forme irrégulière des trous est due à l'usure provoquée par le frottement du fil ; ce qui ne serait pas possible sur des fusaïoles.... , pascalus66
  5. , ni " rouelles " ni gauloises..... les rouelles ont, comme leur nom l'indique, toujours des rayons..... Ce sont des lests de filet de type épervier ou de filets dormants utilisés pour la pêche ou la chasse..... et ils sont indatables hors contexte archéologique... , pascalus66
  6. , cette médaille est postérieure à 1921... , pascalus66
  7. , voir le 9ème sur cette page de mon site : https://jetons-de-l-ancien-regime.blog4ever.com/photos/ediles-municipaux-1 , pascalus66
  8. , jeton de compte banalisé " à la nef " produit par les ateliers de Nuremberg sur le modèle des jetons des échevins parisiens ( d'où la présence de la nef ) ; XVIème - XVIIème... il existe de nombreuses variantes de légendes ; soit fictives, soit prenant pour thème des maximes comptables ou encore la devise de Paris... , pascalus66
  9. , tout est écrit dessus ou presque.... jeton de compte banalisé au nom de Louis XIV ; laiton ; 30 mm ; atelier : Nuremberg ; graveur : Lazarus Gottlieb Lauffer.... ce jeton devrait se situer autour de 1670... , pascalus66
  10. , voir le 6ème sur cette page de mon site : https://jetons-de-l-ancien-regime.blog4ever.com/photos/administrations-royales-3?page=3 ..... et l'article qui lui est consacré, ici : https://jetons-de-l-ancien-regime.blog4ever.com/reinterpretation-d-un-jeton-de-louis-xiv , pascalus66
  11. salut, voir le 8ème sur cette page de mon site : https://jetons-de-l-ancien-regime.blog4ever.com/photos/administrations-royales-3?page=3
  12. , c'est sans équivoque le L de Louis et ça n'a rien à voir avec une déformation d'un quelconque ruban.... Cette habitude d'ajouter l'initiale du roi sous l'écu (ou les écus) est apparue sous Henri IV et est quasi systématique sous son règne et celui de son fils, principalement sur les jetons aux écus accolés de France & de Navarre.... Quant à la raison de cet ajout, on ne peut que supputer mais dans l'esprit d'un roi cherchant toutes les occasions d'assoir sa légitimité, l'ajout de son monogramme sous les armes de France n'a rien d'extravagant... , pascalus66
  13. , pour sa fiche complète, voir le 8ème sur cette page de mon site : https://jetons-de-l-ancien-regime.blog4ever.com/photos/administrations-royales , pascalus66
  14. , ce sont 3 jetons de compte banalisés produits par les ateliers de Nuremberg. Ce type est dit au globe crucigère ou à la rose et est habituellement daté du XVIème siècle mais il est certain que sa phase de production fut bien plus longue et se soit étendue du milieu de XVème à la fin du XVIIIème siècle... Ceci explique la quantité très importante de variantes de légendes qui existent (probablement plus d'une centaine...). Ces légendes sont souvent à connotation religieuse et évoquent la puissance divine mais elles peuvent aussi être constituées de maximes populaires ou de la titulature du graveur (et dans ce cas permettre une datation plus précise) ou encore présenter simplement une suite de lettres sans signification apparente... , pascalus66
  15. , pour les haches polies utilisées à des fins prophylactiques, cela relève d'une tradition populaire dont on possède des traces dès l'époque romaine et durent tout le moyen âge. Les gens pensaient que certaines pierres aux formes particulières ( haches polies, bifaces, pointes de flèche et parfois même certains fossiles ) apparaissaient aux endroits où la foudre frappait le sol ; en vertu de quoi on leur attribuait la vertu d'éloigner la foudre suivant la croyance que la foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit.... Le fait de conserver de telles pierres dans une habitation ou de les enterrer sous le seuil était donc censé protéger la maison et ses habitants de la foudre.... , pascalus66
  16. , le voici : https://jetons-royaux-marineche.com/jetons-royaux/product/view/1/2789 , pascalus66
  17. , ben non, justement..... en cliquant sur les 3 points j'ai " signaler " et " share " mais plus " éditer "...., donc oui, il doit y avoir une limite de temps..... sur celui-ci ça marche.... et donc, pour la date, je n'en vois pas sur cet exemplaire et comme les deux variantes existent, datée et non datée, celui-ci doit donc être la variante F3012 sans date...
  18. , la présence du trou relève très probablement d'une tradition populaire plus ou moins vivace selon les régions et les époques, qui consistait à clouer près de la porte d'un bâtiment nouvellement acquis une pièce de monnaie dans le but d'y attirer la prospérité... et si cette pratique est si courante avec des jetons, c'est simplement parce que nombreux étaient les gens qui préféraient sacrifier un jeton sans valeur plutôt qu'une monnaie... Cette pratique est attestée par de nombreuses découvertes de jetons percés près de portes ou d'entrées lors de fouilles archéologiques de sites d'époque moderne... il m'est aussi arrivé d'en découvrir cloués sur des pièces de charpente à l'époque où je faisais des études du bâti pour le SRA d'Aquitaine... Concernant l'usage des jetons, voir l'explication en page d'accueil de mon site : https://jetons-de-l-ancien-regime.blog4ever.com/ , pascalus66
  19. tu fais bien d'être étonné ; j'ai fais un copié-collé de la mauvaise fiche de ma base de données...... voulu allé trop vite.... Cet exemplaire n'est bien sûr pas une copie nurembergeoise ; donc, je corrige : jeton de Louis XIV pour l'administration des bâtiments du roi ; cuivre ; 25 mm ; atelier : Monnaie du Louvre ; graveur : Louis Loir ; vers 1673 - 1675 ; réf F3012 a/ buste cuirassé & drapé du roi à droite portant la cravate ; titulature " LOVIS.LE.GRAND - ROY.DE.FRANCE " r/ un arc-en-ciel dans un ciel nuageux au-dessus d'un paysage de prairie à l'exergue " AEDIF.REGIS. " légende " SOLIS OPVS " Cette fois c'est la bonne..... merci d'avoir relevé l'erreur.... PS : au fait, il n'y a plus moyen d'éditer ses réponses pour éventuellement les corriger ?..... ou au pire les supprimer ?..... ou c'est moi qui zappe un truc ?...
  20. , surtout, AUCUN produit ; tu vas flinguer la patine.... il faut procéder mécaniquement avec des poinçons en bois dur, bambou, os ou bois de cervidé..... c'est long mais le résultat sera à l'avenant.... les épines d'agave et les aiguilles de porc-épic conviennent très bien aussi.... Et une fois le nettoyage, c'est pareil, aucun produit dessus ; il suffira de le conserver à dans de bonnes conditions... , pascalus66
  21. , donc : jeton de Louis XIV pour l'administration des bâtiments du roi ; cuivre ; 25 mm ; atelier : Nuremberg ; graveur : Lazarus Gottlieb Lauffer ; vers 1680 ; réf F3012 a/ buste cuirassé & drapé du roi à droite portant la cravate ; titulature " LOVIS.LE.GRAND - ROY.DE.FRANCE " r/ un arc-en-ciel dans un ciel nuageux au-dessus d'un paysage de prairie à l'exergue " AEDIF.REGIS. " légende " SOLIS OPVS " Par contre les concrétions rouges et le voile vert clair pulvérulent, ce n'est pas la patine, ce sont des oxydes actifs qu'il faut retirer sous peine de voir l'oxydation se poursuivre et dégrader le jeton..... La patine, c'est la couche vert sombre que l'on aperçoit dessous et qui elle doit être conservée car elle sera la meilleure protection de ce jeton à long terme.... , pascalus66
  22. , jeton de compte banalisé au type du Dauphiné produit par les ateliers de Nuremberg et inspiré de l'écu d'or du Dauphiné de François Ier ; fourchette 1520 - 1650... il existe de nombreuses variantes de légendes dont les principales sont des maximes comptables ou des légendes fictives..... difficile de lire celles de cet exemplaire... , pascalus66
  23. , c'est effectivement un jeton de compte banalisé produit par les ateliers de Nuremberg. Ce type est dit au globe crucigère ou à la rose et est habituellement daté du XVIème siècle mais il est certain que sa phase de production fut bien plus longue et se soit étendue du milieu de XVème à la fin du XVIIIème siècle... Ceci explique la quantité très importante de variantes de légendes qui existent (probablement plus d'une centaine...). Ces légendes sont souvent à connotation religieuse et évoquent la puissance divine mais elles peuvent aussi être constituées de maximes populaires ou de la titulature du graveur (et dans ce cas permettre une datation plus précise) ou encore présenter simplement une suite de lettres sans signification apparente... Cet exemplaire est signé Hans Schultess et se place donc entre 1553 & 1612... , pascalus66
  24. , c'est un petit médaillon en pendentif vendu à la boutique du musée d'Héraklion (et certainement ailleurs....) et qui reproduit le disque de Phaïstos, un disque en céramique couvert d'un texte en linéaire B (alphabet du minoen crétois) inscrit dans une spirale et qui a été découvert en 1908 sur le site palatial de Phaïstos en Crète.... rien à voir avec un calendrier donc..... ni avec les Incas.... Ce médaillon se vend encore... , pascalus66
  25. , demi dupondius en fait.... , pascalus66
×
×
  • Create New...