Jump to content

yanok

Members
  • Posts

    178
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    30

yanok last won the day on June 19

yanok had the most liked content!

Recent Profile Visitors

5,172 profile views

yanok's Achievements

Community Regular

Community Regular (8/14)

  • Dedicated Rare
  • First Post
  • Collaborator
  • Conversation Starter
  • Week One Done

Recent Badges

237

Reputation

  1. Fleur de coin mais anépigraphe, probable atelier de Montparnasse.
  2. Les crêperies de Montparnasse peuvent aussi faire rêver...
  3. Bonjour, Il me semble que l'on doit oublier la NORVège et lire une finale type FRANCORV ou mieux, BRITANNORV par exemple.. Quant au revers, un tour de 180° pour remettre en place le "ADVP" de MONETA DVPLEX coupé par le lis terminal de la croix. Ce revers est celui du double tournois de Jean II de 1355/56. Un des lis est visible dans le champ sous le R de ORV. La légende du droit ne peut se terminer que par MORV ou NORV, je penche donc plutôt pour un double denier breton de Charles de Blois (Jez. 122) ou de Jean IV (Jez. 188), imité du double de Jean II.
  4. Bonjour, Double denier de Charles de Blois pour Nantes : + KAROLVS BRITAN, dans le champ DVX sous trois mouchetures d'hermines renversées, annelet (visible) au centre. + MONETA NA:NE:T, croix à pied pseudolisée. Réf : J 118
  5. Bonjour, Il est une règle en histoire, c'est, lorsque l'on "sait de quoi on parle", de justifier les hypothèses, mais lorsqu'elles sont trop farfelues c'est assez difficile ("un petit trou pour la date d'entré, un gros trou pour la date de sortie" !!!). Concernant ces monnaies, les deux légendes qui ont la vie dure sont celle du "calendrier de bagnard" et du "bouchon de champagne". L'hypothèse de calendrier. L’article 19 du code pénal de 1810 précise que « La condamnation à la peine des travaux forcés à temps sera prononcée pour cinq ans au moins, et vingt ans au plus ». On ne devrait donc pas rencontrer de monnaies avec plus de vingt crans. Par ailleurs, lorsque l’on sait qu’après avoir purgé la moitié de leur peine, les condamnés (qui le méritaient) pouvaient être libérés dans les trois ans, on voit mal comment ils auraient pu connaître à l’avance la durée de leur enfermement. Même les "perpètes" pouvaient avoir une révision au bout de dix ans. En pièces jointes, trois monnaies modifiées, l’une avec un seul cran qui ne devrait pas exister (cinq ans au moins)! Une seconde avec 15 crans d’un côté et 14 de l’autre : les forçats étaient attachés en couples, doit-on considérer qu'ils utilisaient une pièce pour deux une pièce pour deux ! Enfin une troisième avec 47 + 45 crans, sachant qu'une peine de 92 ans n'existait pas, elle devait servir pour cinq condamnés (20+20+20+20+12) qui n'avaient pas les moyens d'avoir chacun son "calendrier" ! Le palet de jeu. Quelques extraits de la littérature d'époque : *Pour le jeu de galoche, chaque joueur est « muni de deux palets (ce sont d'ordinaire des pièces de deux sous usées par le frottement ». (PERRIN (Olivier), Galerie bretonne, tome I. Paris 1835). *Louis Du Bois donne une définition très proche dans son dictionnaire : "jeu d'enfant qui se joue avec un bouchon et une grosse pièce de monnaie" (DU BOIS (Louis), Glossaire du patois normand, augmenté des deux tiers et publié par M. Julien Travers. Caen 1856). *"Le jeu du petit palet se joue avec des écus ou des morceaux de plomb ou de fer applatis, de leur grandeur" (L’Encyclopédie). J'ajoute que les monnaies se ressemblant, chacun devait donner à la sienne des signes personnels d'où la très grande variété de ces objets.. Le bouchon. L'autre légende est celle du bouchon, aussi fantaisiste et sans le début d'une preuve On peut en reparler ... PS. Je terminais ce message lorsque Guillaume Hermann a posté le sien et je constate le même scepticisme rigolard.
  6. On en trouve quelques unes, mais pour un tout autre usage. On peut rencontrer également des monnaies crantées seulement sur le quart de la circonférence. Elles sont beaucoup trop légères pour le jeu de bouchon et appartiennent à une époque plus reculée que le XIXe siècle, comme ce jeton de Louis XV. Ces pièces sont destinées à un usage vétérinaire pour les animaux atteints du « mal de langue ». « un bourgeois d’une ville de Guienne a esté attaqué de ce mal pour avoir seulement mis dans sa poche une pièce de trente sols avec laquelle son fermier avoit frotté la langue du bœuf malade. Il s’est fait traitter comme le bœuf et est guéri de mesme » « Il se dit dans le public que la communication est extrêmement dangereuse et […] qu’un […] homme, pensant une bête malade, pourquoy s’estoit servy d’ung éscu pour lui ratisser la langue ; lequel, ayant mis dans sa bouche, pour se faciliter le service des deux mains pour le surplus de remèdes qu’il voulut faire, est mort le lendemain  « Presque tous les auteurs recommandent d’employer une cuiller ou une pièce d’argent pour gratter les aphthes ; mais que l’instrument soit d’or, d’argent, de fer, de cuivre ou même de bois, la nature du métal n’est d’aucune importance pour cet objet »[1]. [1] VALLAT (François) : Une épizootie méconnue : le « mal de langue » de 1763, Histoire & Société rurale, vol. 20, 2003/2.
  7. Bonjour, Voir "Détection Passion" n°115, "les monnaies façonnées" pour les différents types de transformation en palets. Les crans assuraient une meilleure "accroche" du palet à son arrivée sur le sol.
  8. Bonjour, On connaît les monnaies transformées en palets de jeu, mais il existe aussi des palets de plombs avec l'empreinte d'une monnaie, généralement de Napoléon III. Voir "Détection Passion" n°114, les monnaies façonnées dont cet extrait :
  9. C'est exact, et au revers, quelques détails révèlent l'aigle qui permettent de situer la légende. Bien vu.
  10. Je ne crois pas, a légende désigne N Ier, et la barre sous le profil exclut la 10c de N III
  11. Bonjour, Empreinte d'une médaille au nom de Napoléon Bonaparte. Il faut inverser l'image et lui donner 1/4 de tour à droite
  12. Bonsoir, Pour le revers, un demi-tour et on distingue un châtel tournois avec la légende TVRONVS. Ce qui réduit les possibles à un denier tournois de Louis VIII ou IX. Il n'y a pas de cantonnements autour de la croix.
  13. Bonjour, Faux, je ne sais pas, mais si c'est le cas, pas à cause de la légende. Deux formes existent : REGNAT et REGINAT. S'il s'agissait d'une faute de frappe, on ne la rencontrerait pas sur les 4e, 5e et 6e émissions de Philippe VI, et surtout sur un piéfort encore inédit (article à paraître dans le Bulletin de la société française de numismatique), ainsi que sur le florin Georges, et encore sous l'écu à la chaise de Jean II.
  14. Bonjour, La légende du droit est simplement à l'envers : SEMOC . LESNA
×
×
  • Create New...