Jump to content

Guillaume Hermann

Moderators
  • Posts

    14,558
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    192

Everything posted by Guillaume Hermann

  1. Bonjour, Je salue ton passage Kajacques. Pour ma part je n'ai jamais vu le détail de ces alliages.
  2. Comment fais-tu la différence avec des fusaioles ?
  3. Bonsoir, Ce sont deux fusaioles indatables.
  4. Bonsoir, Rien de gaulois, c'est un plomb de sac. CADILLAC ? AURILLAC ?
  5. Bonjour, Pour le vocabulaire, en temps normal il y a https://www.numismatique.com/keywords/ mais une récente mise à jour du site l'a fait disparaître, on espère sa réapparition pour demain. Pense à vérifier le lien à partir de demain. Pour ton mémoire, je ne sais pas si tu souhaites étendre aux monnaies de siège mais je te signale leur existence : ce sont des monnaies fabriquées avec les moyens du bord dans une ville assiégée. Il y en a eu sous Louis XIV, par exemple aux sièges de Lille et Tournai en 1708 et 1709. Le terme exact est "monnaie obsidionale". Tu le fais où ton master ?
  6. Alors là, chapeau, canotier, kippa, haut-de-forme, casque à pointe et tout ce qui va avec !!!
  7. Bonjour, L'hébergement par WoC avait été modifié, ce qui avait rendu obsolètes plusieurs liens que j'avais préalablement publiés. Je viens de modifier l'index par mois en français. Il me reste à modifier l'index par sujets en français (ci-dessus), celui en anglais, et compléter par tout ce qui a été fait depuis avril inclus. Le temps et la sérénité me manquent mais ça viendra, au moins le temps.
  8. Je ne trouve rien sur des "pois de corne" ou "poids de corne" ni sur la corne comme unité de mesure, mais le mot "corne", comme celles des chèvres, est l'équivalent étymologique du "carat" des bijoutiers. En effet le carat est à l'origine le fruit du caroubier et ce fruit a la forme d'une corne. Le keration est une mesure de masse grecque (un tiers d'obole) signifiant à la fois "carat" et "corne" en français : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carat_(gemmologie)
  9. Bonjour, Nos camarades de WorldofCoins nous demandent de l'aide pour un objet inhabituel, et qui a le mérite d'être bien lisible. 5,18 g pour 18,2 mm et il est marqué "pois de corne", qui semble devoir être en orthographe actuelle "poids de corne", avec une couronne assez "gros de Prague", mais il me semble que nous en avons eu d'encore plus semblables sur nos monnaies médiévales. http://www.worldofcoins.eu/forum/index.php/topic,52137.0.html D'une part, une des questions posées est d'expliquer l'aspect du "revers" : stries d'ajustage ? Destruction d'un graphisme façon martelage du nom du roi ? Je penche pour des stries d'ajustage, malgré leur grand nombre. Il me semble avoir déjà vu ce genre de carnage sur la face inférieure de poids. D'autre part, bien sûr, l'identification. Figleaf pense à un poids d'apothicaire destiné à peser de la corne. Je suis possiblement d'accord pour l'apothicaire, mais je me demande si la "corne" n'aurait pas été une unité de mesure, comme le muid, susceptible d'avoir ses divisions et ses multiples (auquel cas le poids aurait pu être destiné à d'autres professions que les apothicaires). Vos avis svp ? Merci
  10. Bonjour, Trouvée en terre ? En France ? On dirait une grecque. Tu peux mettre une photo nette de la première face stp ?
  11. Bonjour, La totalité du lot à part les deux dernières monnaies c'est de l'argent au poids, très facile à faire reprendre par un acheteur professionnel de métaux précieux (tu peux comparer les prix de rachat chez deux ou trois avant de vendre au plus offrant). La Charles X en pendentif peut probablement être mieux vendue comme bijou à une boutique de vieilles emperlousées kitsch, genre "le dépôt-vente d'Anne-Cécile". L'avant-dernière est une romaine pas identifiable plus précisément sur petite photo sans poids ni diamètre, mais vu l'état disons 2 euros. La dernière est à donner à un pré-ado que cela peut intéresser. Tu peux lui donner aussi la romaine.
  12. Time Left: 9 days and 1 hour

    • Wanted
    • NA (Not Applicable)

    Bonjour, Je cherche une mission dans le domaine des musées ou des sites historiques, de la numismatique, et plus généralement de tout ce qui présente un lien avec l’Histoire et la culture. Cette mission peut être ponctuelle ou durable, en France ou éventuellement à l’étranger, dans le secteur privé ou public. J’envisagerai aussi avec plaisir une mission d’enseignement, que ce soit pour des enfants ou des adultes. Sous certaines réserves matérielles, je peux d’ailleurs mettre mes propres collections au service de cet enseignement. Ma compétence rédactionnelle peut également être appliquée à des informations que vous possédez, que je possède, ou que je peux trouver, pour vos publications. Ma situation actuelle Je suis fonctionnaire des musées d’une collectivité territoriale française depuis décembre 2013. Je suis adjoint principal d’accueil et surveillance, c’est-à-dire encadrant de terrain, appartenant à la partie supérieure de la catégorie C. Très largement sous-employé au vu de mes diplômes et mon expérience, je remplis les conditions juridiques et de compétence pour un contrat de catégorie A, mais ne suis pas pour autant fermé aux emplois C et B. Le grand décalage entre mon poste actuel et mes aptitudes vient du fait qu’à mon retour après plus de deux ans de travail en Chine, j’ai subi le reproche dans le secteur privé français de n’avoir à peu près aucune expérience française, et pour une raison financière j’ai dû passer des concours publics et m’engager dans le premier que j’ai réussi (reçu 4ème sur 1270 candidats). Après un peu de répit, j’ai recommencé à me présenter à des concours et ai raté de très peu l’admissibilité en A... mais raté quand même. Les concours les plus pertinents pour moi ne sont organisés que tous les 3-4 ans, et les perturbations induites par le coronavirus se sont ajoutées à cette faible fréquence initiale. Mon parcours Ancien élève en zone d’éducation prioritaire où je subissais quotidiennement la drogue et la violence, j’ai tout quitté à seize ans. Je n’ai donc pas le bac. J’ai commencé des cours du soir à 22 ans à la Sorbonne (Paris I). Aujourd’hui, dans l’enseignement supérieur je suis titulaire de : - une Capacité, un DEUG, une Licence de droit et une Maîtrise de droit des affaires, - un Master de Management international accrédité EABHES, - une double Licence en histoire de l’art / archéologie obtenue en un an au lieu de trois tout en travaillant déjà à temps plein. A l’issue du Master, j’ai fait un stage de six mois à Dakar dans les assurances, puis j’ai passé 18 mois en France où je n’ai rien trouvé de sérieux, puis j’ai travaillé en Chine pendant plus de deux ans : en synthèse, un an dans un cabinet d’avocats chinois, puis un an comme enseignant de français langue étrangère pour des salariés ou adolescents chinois. Outre la découverte d’autres façons de penser et travailler, ce fut ma première expérience dans la transmission de connaissances. La situation n’était pas viable pour construire ma vie sur place, et c’est sans regret que je suis revenu en France, mais j’y ai découvert le plaisir de m’adapter aux demandes, aux goûts et aux capacités d’un public pour lui présenter un fonds culturel qui n’était pas le sien a priori ; et, aussi, celui de recevoir de ce public de la reconnaissance, des souvenirs et de la culture personnels. Plus on est agréable au public, plus on s’enrichit intellectuellement en lui donnant l’envie de l’échange, et le plaisir est réciproque ; et, d’intervention en intervention ou de commentaire d’oeuvre en commentaire d’oeuvre, je constate que mon propre propos est de plus en plus riche. Cela améliore ainsi sans cesse ma capacité à aller dans le sens auquel chaque public me semble aspirer, et qui n’est pas toujours le même : histoire centrée sur elle-même, synthétique ou détaillée, histoire comparée, absence ou présence d’anecdotes... A mon retour en France, sans expérience française consistante à 32 ans, parallèlement à des emplois précaires mon secours a été les concours de la fonction publique. Le devoir de réserve m’interdit d’être très précis dans l’évocation de mon parcours de fonctionnaire. Je peux toutefois dire que j’ai été encadrant d’accueil et surveillance : - 9 mois dans la demeure-musée d’un sculpteur actif au XXe siècle, - un peu plus de 4 ans sur un musée de site parmi les plus connus de France, - depuis septembre 2018 dans un musée des arts asiatiques. Pourquoi je souhaite évoluer Au fil de ma carrière, en plus des missions incontournables de la fonction (élaboration des plannings, gestion des absences de toutes causes, contact avec le public et résolution des éventuels litiges entre visiteurs et agents ou entre agents, suivi des formations, participation à l’organisation des évènements particuliers, aspect disciplinaire, participation à l’élaboration de nouvelles procédures d’accueil et surveillance, acquisition des nouvelles connaissances culturelles nécessaires avant l’ouverture des expositions temporaires et soutien aux agents en cette matière...), j’ai été amené à dépasser largement le cadre des missions d’un agent de catégorie C. De fait, j’ai géré seul une grande partie de l’activité du musée de site pendant 14 mois, et dans une moindre mesure pendant les trois autres années, en raison de la très lourde défaillance du responsable. Il a finalement fait l’objet d’une procédure judiciaire à l’initiative de la collectivité pour une infime partie de ses agissements, sans que pour autant ses victimes soient reconnues comme telles. En quatre ans sur ce site, j’estime avoir personnellement accueilli en face à face et géré la visite de plus de 600 000 visiteurs dont plus de 80% d’étrangers souvent non francophones. Nous étions dans une zone très sensible en termes de sécurité, j’étais souvent le seul responsable sur place, j’y ai même été pointé au pistolet. Pendant les 8 premiers mois de cette responsabilité, j’étais encore stagiaire. En plus de l’encadrement de terrain, j’y ai été relais de prévention pendant près de deux ans, rédacteur notamment du plan de prévention des risques. Dans mon musée suivant, qui est l’actuel, j’ai assuré à deux reprises l’intérim du chef de service : une première fois pendant 4 mois et demi en 2019, une deuxième fois de la mi-avril au 30 juin 2021. Pour autant, je n’ai jamais reçu la moindre reconnaissance de mon employeur. Promouvable et proposé à promotion par ma hiérarchie depuis plusieurs années, je n’ai jamais été promu en sept ans et demi. Au contraire, j’ai vu être exclue de chaque promotion la totalité des promouvables portant un prénom masculin ou un nom de famille européen, et promue la totalité des promouvables portant soit un prénom féminin, soit un nom de famille extra-européen, y-compris en violation du classement de priorité établi par écrit par ma hiérarchie, et y-compris celles et ceux qui mènent une vie professionnelle entièrement passive ponctuée de nombreux arrêts médicaux de complaisance. Les taux respectifs, sur un nombre assez important de personnes et sur plusieurs années, sont de 100% de femmes et de personnes d’origine extra-européenne promus, et de 100% d’hommes portant un nom de famille européen non promus. Très investi dans mon travail et sans que plus aucun espoir me soit laissé, j’estime être arrivé à la limite de ma tolérance concernant ces pratiques, d’ailleurs illégales. Le fait que chacun dans l’équipe ait la certitude d’être promu ou de ne pas être promu l’année suivante sur la seule considération de son sexe ou son origine ethnique complique d’ailleurs très lourdement la gestion du service et l’atteinte des objectifs de performance. La qualité du service rendu au public est médiocre, et je n’ai aucun moyen d’agir sur ce type de cause. Pour autant, les musées embauchent peu et je suis profondément attaché au secteur muséal et à la transmission des connaissances. Je suis donc ouvert à tout « bol d’air frais » professionnel, qu’il soit ponctuel ou de plus long terme. Selon le contexte, cela peut prendre la forme d’une activité complémentaire autorisée par mon employeur, d’un détachement, d’une mutation, ou d’un contrat de droit privé sur une période de disponibilité. Qui je suis en-dehors du travail Passionné d’Histoire, je pense qu’on ne peut pas l’appréhender dans sa globalité mais seulement combiner les grilles de lecture. Cette idée m’a mené au fil du temps à multiplier les collections : timbres, militaria, monnaies... C’est nettement en matière numismatique que mes connaissances sont aujourd’hui les plus poussées et que je continue à les développer le plus ardemment, mais je maintiens mon intérêt pour les autres domaines en y consacrant toutefois moins de temps. J’ai également quelques collections de sciences naturelles. Si mon arrivée en accueil et surveillance m’a permis de confirmer un profond goût pour le contact avec le public, la naissance à peu près concommittante de mon premier enfant a révélé en moi une appétence particulière pour le jeune public. Au fil des années, je suis intervenu ou ai prêté mes collections à de nombreuses reprises pour des activités dans la classe de ma fille, sur des thèmes assez variés : la préhistoire ; les mythologies grecque et romaine ; la Seconde guerre mondiale ; les minéraux ; la dentition des mammifères et poissons ; le Tibet. La connaissance n’a de sens pour moi que si elle est transmise. Elle a vocation à être fertile et à permettre à autrui de la compléter et de la remettre éventuellement en question. On ne profite pas plus de sa culture dans la tombe qu’on n’y profite de son or : nous ne pouvons que la laisser à autrui. Si ma présentation ici est volontairement assez fouillée, je peux aussi adopter un esprit synthétique et je vous invite pour en juger à lire quelques articles que j’ai publiés. La liste est ci-dessous, en fin d’écran. J’habite Paris, ville à laquelle je suis très attaché. Ce que j’attends de mon employeur Le respect de la loi et la reconnaissance de mon travail. Vous pensez que nous pouvons mutuellement nous apporter quelque chose ? Contactez-moi en mp ! Mes publications : 2020 Une collection numismatique en Chine en 1979 https://www.numismatique.com/articles/monnaies_11_11_11_11/une-collection-numismatique-en-chine-en-1979-r65/ 2014 Les monnaies d’Auguste Comte https://www.numismatique.com/articles/monnaies_11_11_11_11/les-monnaies-d’auguste-comte-r34/ 2013 Lexique numismatique de 74 entrées http://www.numismatique.com/keywords/ 2007 La Chine des réformes : un terrain favorable provisoirement aux normes occidentales et définitivement à l’arbitrage ?, bulletin du Centre français d’arbitrage de réassurance et d’assurance CEFAREA, 2007 Mes vidéos Elles sont visionnables et téléchargeables gratuitement et sans inscription. Réalisées dans le cadre des évènements du forum anglophone WorldofCoins, elles sont en anglais. Il s’agit des captations des interventions que j’ai tenues en direct pour un public de 20 à 25 personnes par évènement. 2021 France : the coins of the Dombes region, 1st part 1456-1503 https://drive.google.com/drive/folders/1Ju_5Ij6dDWer0JctcJ2RkVaWj0poOWd4 France : the coins of the Dombes region, 2nd part 1560-1693 https://drive.google.com/drive/folders/1V8-4_2tywRn7_iKg_XDxVztF-zUD9XSt

    NO VALUE SPECIFIED

  13. Bonjour, En France et chez plusieurs de nos voisins, tout achat ou vente d'or, y-compris sous forme de 20 francs de bourse, est tracé (pièce d'identité et tout et tout), en-dehors de quelques circuits sur lesquels je ne m'étendrai pas. Hier au salon philatélique d'automne Porte de Champerret, certains stands étaient équipés pour le paiement par carte bancaire, pour des sommes minuscules (une enveloppe oblitérée ça commence à 10 centimes). Un gars a payé par carte à côté de moi, j'ai l'impression qu'il n'en avait pourtant que pour trois cacahuètes.
  14. Voici un "Mccroquettes France" mais ce n'est pas ça https://fr.numista.com/catalogue/exonumia31687.html
  15. Ceci dit Macdo a manifestement multiplié les avers avec un revers au voilier : https://fr.numista.com/catalogue/exonumia69055.html https://fr.numista.com/catalogue/exonumia69054.html https://fr.numista.com/catalogue/exonumia69053.html Y aurait-il eu un "Mccroquettes France" inspiré du liard de Louis XIV ?
  16. Bonjour, Je me souviens aussi de ce jeton, qui en général est en bon état, et de cette piste canadienne. EDIT : ah non, j'ai confondu avec Par contre sur l'autre face je vois bien le voilier (genre XVIIIe siècle) allant à gauche, avec deux mâts principaux + la petite voile triangulaire à l'avant, et au moins deux traits en-dessous pour faire la mer.
  17. until

    Attention, horaire modifié pour tenir compte du changement d'horaire.
  18. until

    Tu connais le sujet de Kevin Akin ? A partir de demain je serai quasiment injoignable pendant une semaine.
  19. Ta réponse disait que , elle n'impliquait pas que les deniers n'aient pas existé avant 675, concurremment avec les triens, surtout pour une durée courte (25 ans) à une période dont la chronologie reste très floue.
  20. J'ai fait tout Wildwinds d'Anastase Ier à Léon III, rien trouvé, mais le style est très VIe-VIIe siècles. Il y a aussi les imitations vandales, les objets byzantins paranumismatiques genre plombs et poids...
  21. Si c'est byzantin, graphiquement on est sur un pentanummium, un nummus ou éventuellement un decanummium. Si c'est une imitation de byzantine, genre premières arabo-musulmanes, on n'est pas rendu. Poids et diamètre stp ?
  22. Merci. Pour moi c'est un moulage récent.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.