Aller au contenu
Invité huitzilopochtli

émission de guerre

Recommended Posts

Invité huitzilopochtli

salutations

hormis les émissions papier du ghetto de Thérésienstadt (IIeme GM)- relativement connues - existe t il d'autre site où des billets ont été émis ?

Partager ce message


Lien à poster
Invité huitzilopochtli

en fait je cherche avant tout des informations sur ces émissions monétaires particulières, je cherche également des informations sur les caractéristiques des émissions falsifiées par les allemands durant l'opération BERNHARD.

Un grand merci pour les adresses internet qui m'ont permis de prendre connaissance des émissions du ghetto de Litzmannstadt

Partager ce message


Lien à poster

Bonjour

L'opération Bernhard était le nom d'un projet secret allemand destiné à déstabiliser l'économie britannique pendant la Seconde Guerre mondiale en inondant le pays de faux billets de banque de £5, £10, £20, et £50.

Histoire

Le projet, commencé en 1942, est dirigé par le major SS Bernhard Krüger qui monte une équipe de 142 faux-monnayeurs choisis parmi les prisonniers du camp de Sachsenhausen.

Il faut d'abord graver des plaques détaillées reproduisant le motif du billet, fabriquer du papier filigrané et casser le code permettant la génération de numéros de série authentiques. Les billets ainsi réalisés font partie des faux les plus parfaits jamais produits ; il est très difficile de les distinguer des vrais.

Le projet initial de larguer ces billets par avion au-dessus de l'Angleterre ne peut pas être mis en pratique. Les billets sont donc « blanchis » avant d'être utilisés pour l'achat de marchandises importées ou rémunérer des agents allemands.

Ces faux sont détectés par la Banque d'Angleterre pendant la guerre, lorsqu'un employé remarqua dans ses registres qu'un même numéro de série avait été utilisé sur deux billets différents.

Bien que ce travail de faux-monnayage soit d'une extrême difficulté, la presse de Sachsenhausen fonctionne jusqu'à l'évacuation du camp, en avril 1945. Au total, 8 965 080 billets furent produits, pour un montant total de £134 610 810.

Après l'évacuation de Sachsenhausen, l'équipe de faux-monnayeurs est transférée à Redl-Zipf en Autriche, dans une annexe du camp de Mauthausen, puis dans celui de Ebensee (aussi Adolf Burger). Au début du mois de mai 1945, l'exécution des membres de l'équipe est ordonnée, mais la libération du camp par l'armée américaine, le 5 mai 1945, leur assure la vie sauve.

Certains billets sont retrouvés en 1959 par des plongeurs dans le lac Toplitz, près d'Ebensee. D'autres continuèrent à circuler au Royaume-Uni pendant des années, ce qui incite la Banque d'Angleterre à retirer de la circulation les billets de plus de £5. Des billets de £10 à £50 sont progressivement réintroduits entre les années 1960 et les années 1980.

Les faux-monnayeurs se sont également attaqués au dollar américain et 200 billets de $100 seront produits le 22 février 1945. L'office central de la sécurité du Reich ordonnera de cesser le travail et la presse sera démantelée.

Après la guerre, le major Krüger est détenu en France pendant trois ans et s'occupe de la falsification de documents pour le compte des services de renseignement français. Il est jugé dans les années 1950 ; certains prisonniers membres de l'équipe des faux-monnayeurs témoignent en sa faveur. Ultérieurement, il travaillera pour la société fabriquant le papier utilisé dans l'opération Bernhard. Il meurt en 1989.

L'espion allemand Elyesa Bazna (nom de code Cicéron) fut payé en fausses livres sterling (information discutable : il aurait été payé en véritables livres turques, lesquelles auraient été achetées en fausses livres Sterling).

Un film austro-allemand de Stefan Ruzowitzky, Les Faussaires, fut tourné en 2007. L'histoire s'appuie sur le livre autobiographique d'Adolf Burger, un juif slovaque déporté, imprimeur de métier et impliqué dans cette opération.

Objectifs

En introduisant un grand nombre de faux billets, les Allemands auraient pu provoquer une hyperinflation déstabilisant durablement l'économie britannique (cette situation économique avait été vécue par l'Allemagne juste après la Première Guerre mondiale).

L'opération avait également pour but de fournir des fonds pour payer des agents et des espions, payés en fausse monnaie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Bernhard

Partager ce message


Lien à poster
Invité huitzilopochtli

pour rebondir sur ma demande initiale.

Je souhaite savoir si des instituts d'émission ou des spécialistes ont émis des brochures/documents égrainant les caractéristiques des billets falsifiés lors de l'opération Bernhard ?

Partager ce message


Lien à poster

Tiens, on parle de l’opération ici (signalé par le BN 102) http://www.huffingtonpost.co.uk/2012/02 ... 81589.html


"Les highlights de la live auction e-Billets". 8 mots, 4 en anglais dont un dans un hybride linguistique. Michel Prieur est mort deux fois... Pardon, Michel Prieur est dead deux times. Quel ridicule...

Partager ce message


Lien à poster

J'ai bien trouvé un site qui énonce les différences entre les vrais et les faux, mais il est en anglais et je le comprends aussi bien que l'hébreu...


Collectionne billets de banque (français) de 1720 à 2000

Un site pour amateurs de billets français : http://www.kajacques.fr

Partager ce message


Lien à poster

Tu peux donner le lien ?


"Les highlights de la live auction e-Billets". 8 mots, 4 en anglais dont un dans un hybride linguistique. Michel Prieur est mort deux fois... Pardon, Michel Prieur est dead deux times. Quel ridicule...

Partager ce message


Lien à poster

Bonsoir,

Les associations préfixe/date/deux premiers numéros de série qui figurent sur les pages auxquelles on accède en cliquant sur les valeurs des billets à gauche identifient des faux avérés de l’opération Bernhardt, ou dans certains cas des faux dont l’origine n’est pas certaine (peut-être des faux-monnayeurs sans lien avec l’opération).

L’auteur insiste sur le fait que le site est complété régulièrement car il arrive fréquemment de nouvelles informations.

Si je comprends bien le texte introductif, ça donne :

« Les tables des pages suivantes reproduisent tous les préfixes enregistrés des faux billets blancs de la Banque d’Angleterre de 5, 10, 20, 50, 100 livres issus de l’opération Bernhardt. Ils sont datés d’entre le 20 mars 1930 et le 16 septembre 1938, avec une date étrange du 24 décembre 1926. Ceci est un projet de recherche en cours, des séries sont ajoutées dès qu'elles sont signalées.

Les signatures de Mahon ("pour la branche seulement" --> est-ce que ça désigne des impressions pour des succursales de province ?), de Catterns (pas pour les 5 livres) et de Peppiatt ont été utilisées. Des anomalies existent, des billets sont connus pour avoir une mauvaise signature eu égard à leur date. Par exemple, un billet de 50 livres préfixe N 42 signé par Peppiatt et daté du 20 mars 1930. Peppiatt n’est pas entré en fonction avant 1934.

On connaît des billets de banque "branche" (je ne sais toujours pas ce que ça veut dire) de Leeds, Manchester, Liverpool, Birmingham et Bristol.

(suit une description de l’opération Bernhardt et de la découverte de billets dans un lac que nous connaissons déjà ci-dessus)

La valeur approximative des seuls faux 5 livres blancs était de 1,337,325 livres (mais je ne sais pas de quoi il parle, ceux repêchés peut-être, ou la production totale ?).

Il n’existe pas de faux Bernhardt 5 livres Catterns.

(suit une phrase dont je ne comprends pas le sens : "FALSIFICATION & FAUX seen on some notes" soit littéralement "FALSIFICATION & FAUX vus sur certains billets" ; mais FALSIFICATION & FAUX ce n’est ni de l’anglais, ni de l’allemand, ni rien que pouvaient parler des Juifs polonais).

Le livre de Byatts "Promises To Pay" affirme que des faux 500 livres Peppiatt ont été fabriqués (ou "que tous les 500 livres Peppiatt sont faux", je le comprends de deux façons possibles). »

Pour ma culture, peux-tu expliquer ce que sont les "billets de banque de branche" ? Je penche pour des émissions provinciales.


"Les highlights de la live auction e-Billets". 8 mots, 4 en anglais dont un dans un hybride linguistique. Michel Prieur est mort deux fois... Pardon, Michel Prieur est dead deux times. Quel ridicule...

Partager ce message


Lien à poster

D'après ce site, le billet que tu as publié il y a quelques jours serait un Bernhardt (Catterns 50 livres 50 N 15 June 1933 20).

EDIT : je pense qu'il est susceptible d'être un faux mais si j'ai bien compris, les faux reproduisent les codes dates et signatures de billets existants (pusique c'est un doublon qui a permis aux Anglais de découvrir leur existence), donc si la date est connue pour des faux comme c'est le cas pour le tien, il faut alors vérifier la gravure selon les détails qui sont ici en bas de page http://www.britishnotes.co.uk/news_and_ ... /index.php Pour Britannia, vraie à gauche fausse à droite. Trop tard ce soir pour la suite ;)


"Les highlights de la live auction e-Billets". 8 mots, 4 en anglais dont un dans un hybride linguistique. Michel Prieur est mort deux fois... Pardon, Michel Prieur est dead deux times. Quel ridicule...

Partager ce message


Lien à poster
On connaît des billets de banque "branche" (je ne sais toujours pas ce que ça veut dire)

(suit une phrase dont je ne comprends pas le sens : "FALSIFICATION & FAUX seen on some notes" soit littéralement "FALSIFICATION & FAUX vus sur certains billets" ; mais FALSIFICATION & FAUX ce n’est ni de l’anglais, ni de l’allemand, ni rien que pouvaient parler des Juifs polonais).

Le livre de Byatts "Promises To Pay" affirme que des faux 500 livres Peppiatt ont été fabriqués (ou "que tous les 500 livres Peppiatt sont faux", je le comprends de deux façons possibles). »

on doit pouvoir traduire branch par banque détachée localement de la maison-mère, filiale.

"FALSIFICATION & FAUX" > les billets étant utilisés à l'étranger, la banque de france a dû en avoir et les marquer.

Byatts book "Promises To Pay" states Peppiatt £500 was forged. > byatts atteste que les £500 sont faux (ont été fabriqués comme faux).


helo3.gif

 

Partager ce message


Lien à poster

C’est ce que je pense aussi, ce qui me chiffonne est d’imaginer que la Banque d’Angleterre ait eu au XXème siècle des "succursales" qui imprimaient elles-mêmes leurs billets. Mais il est vrai que les Anglais sont moins jacobins que nous (des siècles de tokens, par exemple, en matière de monnayage métallique).


"Les highlights de la live auction e-Billets". 8 mots, 4 en anglais dont un dans un hybride linguistique. Michel Prieur est mort deux fois... Pardon, Michel Prieur est dead deux times. Quel ridicule...

Partager ce message


Lien à poster

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

    • 8 Posts
    • 297 Views
    • 3 Posts
    • 192 Views
    • 1 Posts
    • 283 Views
    • 7 Posts
    • 457 Views
    • 8 Posts
    • 814 Views



×