Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 14/02/2020 dans toutes les zones

  1. 4 points
    Écu neuf de Louis XV, dit « vertugadin ». Louis XV enfant en costume de sacre, par Hyacinthe Rigaud, 1715. Collections du château de Versailles. Louis XV accède au trône à la mort de son grand père Louis XIV (mort après un règne de 72 ans ! Le plus long de l’histoire française soit dit en passant) le 1er septembre 1715. Agé de cinq ans, le nouveau roi est bien entendu incapable de gouverner et son cousin Philippe d’Orléans exerce la régence jusqu’en février 1723. Durant les premiers mois du règne de Louis XV, on continue à frapper les écus aux trois couronnes hérités de Louis XIV (frappés depuis 1709 pour une valeur de 3 livres et demie), bien entendu au nom et au portrait du nouveau souverain (cette série d’écu aux trois couronnes – écu, demi-écu et quart d’écu – de Louis XV est par ailleurs excessivement rare, frappée uniquement à Paris, La Rochelle, Lille et Rennes). Par la déclaration du 14 décembre 1715, le régent ordonne l’introduction d’une nouvelle monnaie appelée « écu neuf » (ainsi nommé dans les textes de l’époque). Ce nouveau type monétaire sera fabriqué à partir de flancs neufs ou d’anciennes monnaies (généralement des écus aux trois couronnes ou leurs divisionnaires) refrappées au nouveau type. Ce procédé, appelé réformation, est d’un usage courant à l’époque : par soucis d’économie, on réforme les anciennes monnaies, c’est-à-dire que l’on surfrappe l’ancienne monnaie, sans prendre la peine de fondre ladite monnaie et de créer un flanc neuf (ce qui coute plus cher et prend plus de temps). De ce fait, la qualité des monnaies réformées est variable, le motif de l’ancien type pouvant rester visible sur certaines parties du flanc. L’écu neuf, qui prend vite le surnom de « vertugadin », peut être tenu comme étant la première monnaie de Louis XV, si l’on considère que l’écu aux trois couronnes est juste une réutilisation provisoire (avec modifications du portrait et des légendes) du type introduit sous Louis XIV. D’où vient ce nom « vertugadin » d’ailleurs ? Eh bien initialement de l’espagnol (verdugo, baguette) : le terme « vertugadin » servait à désigner au XVIème et XVIIème siècles une armature servant à faire bouffer une robe au niveau de la taille, lui donnant une forme de cloche. Par extension, le mot désignera les robes équipées de ce système ainsi que les chaises spéciales permettant de s’asseoir avec un tel vêtement d’une ampleur considérable. C’est à priori la forme ronde de l’écu de France qui vaudra ce surnom moqueur à la monnaie. Les robes vertugadin étant aussi surnommées « caches enfants », le portrait juvénile du roi sur la monnaie a peut-être également inspiré le surnom… En tout cas, plus jamais l’écu de France ne sera représenté en rond. Le surnom « vertugadin » restera en usage quant à lui pour ce type monétaire. Cette monnaie traine à l’époque une mauvaise réputation à cause de la mutation monétaire qui accompagna sa production : le régent Philippe d’Orléans ordonne que les écus neufs soient émis à la valeur de 5 livres alors que précédemment, l’écu d’argent était émis pour une valeur de 3 livres et demie. La mutation monétaire est une manière bien connue pour le pouvoir en place de faire rentrer de l’argent : quand les particuliers ramenaient leurs vieux écus aux trois couronnes valant 3 livres et demie, ils repartaient avec la même quantité de métal mais émise pour une valeur de 5 livres, la différence allant directement au trésor, au grand mécontentement de la population on peut se l’imaginer, la monnaie se voyant ainsi dévaluée de près de 40%. La monnaie présentée ci-dessus est frappé sur un flanc large, qui laisse apparaitre la quasi-intégralité du grènetis. Malheureusement, la monnaie a reçu un choc à 7 heures sans toutefois que cela n’altère trop l’aspect général de la pièce qui reste très agréable. D’un diamètre maximal de 42mm, pour un poids de 30,6 grammes (poids théorique : 30,6g.), la monnaie est en argent au titre de 917 millièmes, ce qui est le titre courant pour l’argent à l’époque. Cet écu réformé se reconnait tout d’abord à la présence d’une rose à cinq pétales sous le buste au droit qui est la marque spécifique de la réformation. Plus simplement, de façon subtile au droit et au revers, on retrouve les traces de l’ancienne monnaie sur laquelle fut refrappé cet écu vertugadin : il s’agit en l’occurrence d’un ancien écu aux trois couronnes de Louis XIV (dont la date et le lieu de fabrication ne sont pas discernables) : on voit nettement la trace d’une couronne à 2 heures au revers de la monnaie. L’avers de la monnaie représente le buste enfantin de Louis XV tourné vers la droite, drapé et cuirassé. La légende est classique : « LVD. XV. D. G. FR. ET. NAV. REX » pour « Louis XV, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre ». Le portrait est l’œuvre de Norbert Roëttiers, Graveur Général des Monnaies de 1704 à 1727. Au revers, on trouve un écu de France rond, couronné, avec en légende « SIT NOMEN DOMINI BENEDICTVM 1716 » (« Béni soit le nom du Seigneur »). La lettre d’atelier (A pour Paris, dans le cas présent) se situe à 6 heures, dans la légende. La tranche de l’écu est gravée « DOMINE SALVVM FAC REGEM » (« Seigneur, sauvez le Roi »), les mots étant séparés par des fleurons et des fleurs de lys. Comme sous les règnes précédents, les écus « vertugadins » (émis pour une valeur de 5 livres, 1 livre valant 20 sols) sont divisés en monnaies plus petites afin de faciliter la circulation et l’utilisation des espèces. Ces divisionnaires sont au nombre de 4 : les demi-écus (émis pour 2 livres et 10 sols), les quarts d’écu (émis pour 1 livre et 5 sols), les dixièmes d’écus (émis pour 10 sols) et les vingtièmes d’écus (émis pour 5 sols), ce qui représente au final une série de 5 monnaies : De gauche à droite (avec respect des proportions) : - Écu vertugadin 1716 (atelier de Rouen) : diamètre 41mm, poids 30,5g (poids théorique : 30,6g). Frappé sur flanc neuf. - Demi-écu vertugadin 1716 (atelier de Paris) : diamètre 34mm, poids 15,1g (poids théorique : 15,3g). - Quart d’écu vertugadin 1716 (atelier de Troyes) : diamètre 30mm, poids 7,2g (poids théorique : 7,65g). - Dixième d’écu vertugadin 1717 (atelier de Poitiers) : diamètre 23mm, poids 3g (poids théorique : 3,06g). Frappé sur flanc neuf. - Vingtième d’écu vertugadin 1718 (atelier de Rennes) : diamètre 20mm, poids 1,40g (poids théorique : 1,53g). (Toutes illustrations ci-dessus : ©monnaiesdantan.com) Cette monnaie sera frappée dans tout les ateliers du royaume, de 1715 à 1718 (l’écu « vertugadin » connaitra une nouvelle mutation en 1718, la valeur de la monnaie passant de 5 à 6 livres). Ci-dessous la liste des ateliers ayant frappé l’écu vertugadin (écus frappés aussi bien sur flanc neuf que sur flanc réformés) : A : Paris AA : Metz B : Rouen BB : Strasbourg C : Caen D : Lyon E : Tours G : Poitiers H : La Rochelle I : Limoges K : Bordeaux L : Bayonne M : Toulouse N : Montpellier O : Riom P : Dijon Q : Perpignan S : Reims T : Nantes V : Troyes W : Lille X : Amiens Y : Bourges Z : Grenoble ϽϹ : Besançon & : Aix 9 : Rennes A partir de mai 1718, un nouveau type monétaire est mis en place : l’écu de Navarre, toujours émis pour la valeur de 6 livres mais pour un poids inférieur de 20% (environ 24,5g en lieu et place des 30,6g de l’écu vertugadin). Écu de Navarre, 1718, atelier de Paris. Poids 24,4 g, diamètre 38 mm. ©monnaiesdantan.com A bientôt pour d'autres sujets numismatiques ! 😀 Bibliographie : - L’écu dit « au vertugadin » de Louis XV, rédaction de Monnaie Magazine, septembre 2018. - Les monnaies royales françaises 987-1793, par Arnaud CLAIRAND et Michel PRIEUR, éditions les Chevau-légers, 2008. - Les monnaies françaises royales de Hughes Capet à Louis XVI (987-1793), tome II (François Ier – Louis XVI), 2ème édition, par Jean DUPLESSY, éditions Maison Platt, 1999. - Monnaies royales de Louis XIII à Louis XVI 1610-1793, par Chantal BEAUSSANT, éditions de la Banque de France, 1987.
  2. 3 points
    denier plautia https://www.cgb.fr/plautia-denier-ttb-,brm_340957,a.html
  3. 3 points
    Bonjour, à tous j 'ai eu une réponse un didrachme de Campanie, celui-ci.
  4. 2 points
    Bonjour . C'est un As de Claude https://www.cgb.fr/claude-as-ttb,brm_305406,a.html
  5. 2 points
    https://www.cgb.fr/sabine-sesterce-tb,brm_322026,a.html
  6. 2 points
    Ce sont de belles monnaies ... j'ai un quart ... un demi et un écu ... dans ma collection
  7. 2 points
    Bonsoir . Monnaie de Savoie Quart de Sol Charles Emmanuel 1er Pour Bourg https://www.cgb.fr/savoie-duche-de-savoie-charles-emmanuel-ier-quart-de-sol-quarto-di-soldo-tb-,bfe_280387,a.html
  8. 2 points
    Bonjour . C'est un Patard d'Albert et Elisabeth https://colnect.com/fr/coins/coin/104025-1_Patard_Albert_and_Elizabeth-Brabant-Pays-Bas_espagnols
  9. 2 points
    C'est pas interdit de citer les sources, je ne pense pas que ce soit des infos confidentielles.
  10. 2 points
    Bonjour, Douzain de Clément VIII frappé à Avignon : Du côté de l'écu (1/4 de tour à g.) on distingue à d. les deux premières lettres de CLément Au revers :CARO EPVS ANC...AVEN (Charles évêque d'Ancône Avignon) Le cardinal Carlo Conti était vice-légat de Clément VIII à Avigon de 1599 à 1604
  11. 1 point
    douzain en billon, 1551, saint-lô https://www.cgb.fr/henri-ii-douzain-aux-croissants-1551-saint-lo-tb,bry_170196,a.html
  12. 1 point
    c'est un double tournois de Maximilien de Béthune duc de Sully ou de son petit fils Maximilien III https://fr.numista.com/catalogue/pieces54220.html https://fr.numista.com/catalogue/pieces54224.html
  13. 1 point
    Superbe le crocodile
  14. 1 point
    Antoninien d'Aurélien / MARS INVICTVS https://www.cgb.fr/aurelien-aurelianus-sup,brm_107554,a.html
  15. 1 point
    Alors ça se vend la valeur inscrite sur le billet !
  16. 1 point
    décime dupré, oui, la tranche chevronnée est caractéristique, et le profil de marianne aussi. pas une refrappe du deux décimes. https://www.lefranc.net/monnaie,un-decime-dupre-grand-module,129.html elles ont cessé de circuler vers 1850.
  17. 1 point
    Marc Aurèle : https://www.acsearch.info/search.html?id=3462398 😉
  18. 1 point
    bonjour si toutefois c'est d'origine : on appele cela un flan clipé !
  19. 1 point
    Bonsoir, "O" pour Riom . https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Ateliers_monétaires_français
  20. 1 point
    Peut-être aussi PIETAS AVG, on devine un sceptre sur votre monnaie.
  21. 1 point
    Sans doute plus un as de Caracalla César au revers SPEI PERPETVAE ou SPES PVBLICA.
  22. 1 point
    Sur la photo ci dessous , meme si c'est un peu extrême le débordement de la tranche au niveau du coté ou elle n'est pas marqué mes généralement sa doit donner ceci vue que le flan doit être légèrement plus grand la plutard du temp. Apres la marque en semi-virole n'est pas nessairement marqué en biais il y a aussi des exemplaire bien linéaire et droite . En espérant d'avoir expliqué le plus claire possible . http://www.eurosfautes.fr/dictionnaire-des-fautees/ (EM481)
  23. 1 point
    ce que tu peux faire aussi c'est de refaire des photos sur la tranche des deux coté et si possible avec le débordement qu'il y a sur la tranche. Je pourrais ensuite vous dire avec plus de certitude si elle est bien fautée ou un bibouillage .
  24. 1 point
    Atelier de Nicomédie : https://www.nummus-bible-database.com/monnaie-87565.htm 😉
  25. 1 point
    Très rare émission pour l'atelier d'Arles avec un E dans le champ du revers : https://www.nummus-bible-database.com/monnaie-54736.htm 😉
  26. 1 point
    Bonjour C'est le site d'un particulier ... sans doute bien informé et connaisseur en numismatique ... ses cotes sont une indication mais certainement pas une référence Il faut savoir que la cote d'une monnaie dépend de l'offre et de la demande ... si personne ne la recherche elle ne vaut pas plus que le poids du métal dont elle est composée ... si plusieurs collectionneurs la convoite le prix peut vite s'envoler très haut ! Prenez plutôt comme référence les prix d'un numismate professionnel comme la CGB par exemple ... et enlevez entre 20 et 30% au prix affiché qui correspond à la marge du vendeur ... pour avoir une idée de la valeur d'une monnaie pour un achat/vente entre collectionneurs.
  27. 1 point
    Plutôt dommage qu'il est supprimé son compte parce qu'au niveau des striees ont voies bien que l'effacement ne vient pas d'une usure . Mais plutôt d'une empreinte partielle en virole pleine ( en semi-virole ) , par le débordement de la tranche puis c'est trop linéaire. Apres il n'est pas non plus exclu a un faux pour servir.
  28. 1 point
    Bonjour, L’ATELIER MONETAIRE DE DOLE http://dole-monnaies-jetons.fr Mise à jour N° 81 (mars 2020) Une mise à jour importante ce mois-ci de par la découverte d'un type inédit pour l'atelier de Dole : le demi-teston de 1589 Celui-ci était cité dans les ordonnances, mais n'avait jamais été retrouvé, vide comblé maintenant, il rejoint donc la liste des premières « grosses » monnaies d'argent frappées à Dole. autres nouveautés concernant les ateliers monétaires * Dole Philippe II : INÉDIT, le demi teston de 1589 ! Albert et Isabelle : mise à jour des photothèques terminée * Pymont de nouveaux exemplaires pour le gros et le denier 1er type * Franquemont de nouveau exemplaires de liard imitation de Dole et De France Message habituel et très important : pensez à actualiser vos pages pour bien visualiser les nouveautés… Bonne lecture…
  29. 1 point
    copie de foire médiévale en plomb d'un denier de louis https://fr.numista.com/catalogue/pieces135056.html
  30. 1 point
    Bonjour, Pareille jeton de Nuremberg avec beaucoup de variante existantes . https://www.cgb.fr/rouyer-x-jetons-de-nuremberg-jeton-de-compte-b,fjt_375268,a.html
  31. 1 point
    https://www.cgb.fr/republique-romaine-anonymes-denier-spl,v41_0368,a.html
  32. 1 point
    Voir ici https://www.cgb.fr/valerien-ii-antoninien-sup,brm_523652,a.html https://www.cgb.fr/valerien-ii-antoninien-sup,brm_272929,a.html
  33. 1 point
    Bonjour, C'est un sesterce de Julia domna, qui est plutôt rare a mon goût . Légende avers : IVLIA DO-MNA AVG. https://www.monnaie-romaine.com/collection/fiches/juliadomna_60.php
  34. 1 point
    bonjour coin bouché : https://fr.numista.com/numisdoc/les-monnaies-fautees-77.html https://www.gadoury.com/fr/livres/le-monnayage-et-les-monnaies-fautees-1780-2009
  35. 1 point
    Si on avait eu le diamètre dès le début, comme demandé, alors l'identification aurait été beaucoup plus facile...
  36. 1 point
    comme celui-ci, province Tarraconnaise.
  37. 1 point
    Salonine : https://www.acsearch.info/search.html?id=161745 😉
  38. 1 point
    bonjour IONIE - MAGNÉSIE DU MÉANDRE Unité voir là et comparer https://www.google.com/search?q=cgb+grecque+cavalier+taureau+chargeant&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjHg5iry8TnAhUQzYUKHaskCukQ_AUoAXoECAsQAw&biw=1600&bih=789 https://www.cgb.fr/ionie-magnesie-du-meandre-unite-ttb-,bgr_287232,a.html
  39. 1 point
    CollecOnline est une plateforme communautaire vous permettant d’unifier tous vos besoins de collectionneur : - Inventorier vos objets de collection : description, photographies, caractéristiques... - Gérer vos informations d'achat et vente : factures, certificats d'authenticité, informations vendeur... - Partager vos objets selon votre choix : public, privé ou seulement auprès des personnes de votre réseau - Imprimer des catalogues Pdf et des extractions Excel - Accéder à vos objets depuis votre ordinateur, votre tablette ou votre téléphone - Créer un groupe : association, base de données, galerie... Lien vers notre site : https://www.colleconline.com/
  40. 0 point
    on demande le poids pour être sûr que c'est bien une monnaie d'origine, en acier cuivré. ici il n'y a pas de raison de penser qu'il serait anormal. pour moi c'est bien une fautée, elle a été accidentée entre la frappe et le cuivrage. mon collègue pense qu'elle a simplement été écrasée, ce qui me paraît moins probable, le cuivrage aurait souffert, là il a l'air normal.


×
×
  • Créer...

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.