Aller au contenu
colko

Afrique du Sud 1925 3 pence

Recommended Posts

Bonjour hpdp, tout d' abord je voudrais vous souhaiter une bonne et heureuse fin d' année et tous mes voeux pour la nouvelle année qui s' annonce.

J' ai un "3 pence South Africa" 1925 type 2 en UNC et le World Coins la cote à 175$ mais je sais qu' elle cote beaucoup plus que cela.

Sauriez-vous s' il y a un site où je pourrais avoir une cote pour cette monnaie car comme toutes les monnaies rares anglo-saxone c' est la croix et la

bannière pour en avoir le prix.J' ai vu sur un site que la dernière qui s' était vendue dans un excellent état, l' avait été dans une vente aux enchères en 1970 mais bien évidemment il n' en donnait pas le prix.Quoiqu' il en soit par avance je vous remercie.Bonne soirée

Partager ce message


Lien à poster

salut

faut pas s'adresser à moi perso, ce n'est pas mon forum.

le type 2 c'est celle aux 3 fagots, mon world coin dit 358 000 exemplaires (et cote moins mais il est très vieux)

je ne sais pas où trouver une cote réaliste, il faut voir aussi comment et où tu voudrais la vendre. je suppose qu'elle se vendrait mieux en grande-bretagne. rien vu sur ebay.

image.php?cat=South%20Africa%20(up%20to%201960)&size=medium&id=SA-65


helo3.gif

 

Partager ce message


Lien à poster
Invité 33sud20est

Dans le KM de 2009 en UNC, elle cote toujours 175 $. Ce n'est pas une monnaie rare, j'ai acheté celle qui se trouve dans ma collection au Cap en 2006 et je l'ai payée 1 Rand (à l'époque 13 centimes).

Les monnaies de l'Union qui ont eu cours jusqu'en 1964 (époque où le Rand à commencé à dévaluer), sont relativement communes (sauf le shilling de 1931 et encore, je l'ai trouvé à 60 € alors qu'il cote beaucoup plus). Quand il a fallu changer les monnaies, les gens ne l'ont pas fait et ont gardé les pièces d'argent, on en trouve dans toutes les familles, comme les 5 francs de l'union latine chez nous.

Il existe un catalogue des monnaies sud africaines en vente en Afrique du Sud, mais les sud africains ne sont pas des passionnés de numismatique en général et de monnaies faites par les anglais en particulier car encore aujourd'hui, ils se souviennent des camps de concentration de la guerre des boers ou 27 000 de leurs femmes et enfants sont morts (il n'y a pas que les turcs et les allemands qui ....).

Vous pouvez essayer de la vendre au prix que vous souhaitez, si le prix est attractif elles partent mieux sur ebay, par contre si le prix que vous en demandez est élevé, je vous conseille Delcampe, car les objets proposés y restent longtemps.

Pour ce que j'ai pu en juger, il y a des collectionneurs spécialisés dans des petites périodes de l'histoire sud africaine qui mettent parfois le prix pour des objets particuliers par exemple en monnaies les républiques éphémères fondées par les boertrekkers (Graafreinet par exemple) ou en timbres le Stellaland ou les courriers de siège (Mafeking ou Baden Powel a fondé le mouvement scout) Les monnaies du Griqualand West sont extrêmement rares et chères (les timbres le sont moins car beaucoup de surcharges sont fausses).. Par contre les monnaies anglaises... ouais à un prix raisonnable, car on en trouve si l'on cherche..

Pour vous faire une idée allez voir les prix demandés sur ebay et Delcampe et surveillez pour voir à quel prix si elles partent et le nombre de personnes intéressées (voir le compteur ebay)

Mes meilleurs à tous

33sud

Partager ce message


Lien à poster

Bonjour et merci pour tous ces renseignements, je ne savais pas que cette monnaie avait un passé aussi lourd.C' est regrétable, car celle-ci

a encore son velours de frappe et présente une erreur, la barre verticale de la croix sur le front de Georges V est absente, la dernière

perle ne repose sur rien, certainement un coin bouché.Enfin, comme la votre elle restera dans ma collection.

Encore merci et tous mes meilleurs voeux

Partager ce message


Lien à poster

Bonjour,

J’ai eu en main un jour un livre allemand en allemand dénonçant les camps de concentration, avec, sur la couverture, un dessin fort éloquent de tours et de barbelés. Ce livre datait d’avant 1914 et dénonçait les camps de concentration anglais en Afrique du sud.

Le comportement anglais vis-à-vis des Boers (extermination des civils, exécution des prisonniers de guerre…) avait suscité une vague d’indignation dans à peu près le monde entier, et des volontaires de tous pays, dont des Français (pour les plus connus Robert de Kersauzon, http://qc.novopress.info/5396/le-dernier-commando-boer/ et Villebois-Mareuil qui y fut tué http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_de ... is-Mareuil ) sont partis combattre pour aider les Boers. Il y eut aussi pas mal de livres sur le sujet, je possède un almanach patriotique français de 1902 dont c’est un des thèmes principaux.

Sur les camps de concentration avant la Seconde guerre mondiale : http://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_co ... _des_Boers

« L'expression « camp de concentration » fut créée à la fin du XIXe siècle. En effet, l'innovation technique du fil de fer barbelé permit de clore de vastes espaces à peu de frais. La première utilisation de ce terme se fit à propos de la Seconde Guerre des Boers, comme innovation britannique. Il était inspiré du terme espagnol « reconcentración », utilisé par les Espagnols pendant la guerre avec Cuba (1895-1898). (…) La première apparition de la dénomination « camp de concentration » est due aux Britanniques en Afrique du Sud durant leur guerre contre les Boers ; (Guerre du Transvaal, 1899-1902) ; sur ordre du général Frederick Roberts puis de Lord Kitchener, les Britanniques assistés des Canadiens y enfermaient les femmes, les vieillards et les enfants des Boers et des membres de tribus indigènes alliées.

L'idée elle-même avait été appliquée un peu plus tôt par les Espagnols à Cuba, pendant la guerre d'indépendance. (…) Il y a eu également les camps de concentration construits dès 1904 en Namibie (par les Allemands) (…).

Les camps de concentration ne sont apparus qu'après l'invention du fil de fer barbelé, qui permet de clôturer de grandes surfaces pour un coût sans commune mesure avec les moyens de détention classiques tels que les prisons. (…) tous les pays liés au premier conflit mondial ont ouvert des camps pour regrouper les civils des nations ennemies : camps pour Allemands en Australie, pour Belges en Afrique allemande, pour Autrichiens en Russie, etc. Au Royaume-Uni, 32 000 étrangers ou espions supposés ou Irlandais après 1916, ont été enfermés dans des camps comme le champ de course de Newbury, puis dans une prison de l'île de Man qui n'était pas prévue pour des civils. Des tailleurs juifs de Londres, issus de Galicie (donc de l'Autriche-Hongrie) sont aussi internés dans des camps.

La France a utilisé des camps de concentration durant la Première Guerre mondiale, dont celui de Pontmain, pour y enfermer les ressortissants allemands, austro-hongrois et ottomans présents sur son territoire à l'ouverture des hostilités. De nombreuses îles françaises de la Manche, de l'Atlantique et de la Méditerranée ont été utilisées pour implanter de tels camps. Le narrateur du Temps retrouvé de Marcel Proust, mentionne l'existence en France de camps de concentration lors de la Première Guerre mondiale, où furent internés les civils allemands présents sur le sol français lors de la déclaration de guerre. (…) La France a aussi eu à nouveau recours à des camps de concentration à la fin de la guerre d'Espagne pour regrouper les réfugiés républicains fuyant l'avancée du camp franquiste à Gurs, Rivesaltes, Argelès-sur-Mer et Agde, bien que beaucoup de ces réfugiés n'aient pas été des ennemis. L'utilisation du terme « camp de concentration » dans ce cadre est très discutée : pas de travail forcé, pas de dépersonnalisation, libre déplacement à l'extérieur de ces camps (d'ailleurs très peu étaient fermés). (…) Selon Geneviève Dreyfus-Armand, spécialiste de l'exil républicain espagnol : « Le terme camp de concentration peut choquer ; il est couramment utilisé dans les documents administratifs de l’époque, et le ministre de l’Intérieur, Albert Sarraut, l’emploie dans un sens « lénifiant » lors de sa conférence de presse au début de février 1939 : « Le camp d’Argelès-sur-Mer ne sera pas un lieu pénitentiaire, mais un camp de concentration. Ce n’est pas la même chose. » »


"Les highlights de la live auction e-Billets". 8 mots, 4 en anglais dont un dans un hybride linguistique. Michel Prieur est mort deux fois... Pardon, Michel Prieur est dead deux times. Quel ridicule...

Partager ce message


Lien à poster

Re-bonjour, merci pour la leçon d' histoire, on apprend beaucoup avec ces monnaies, un avantage: joindre l' utile et l' agréable.

Mais vous savez, je suis petit fils d' un Alsacien, enrolé de force en 14 dans l' armée Allemande, et "HOP" sur le front Russe.

Un obus sur la "tête", 2 ans d' hopital et en plus gazé avec des dificultés respiratoires toute sa vie et plaies variqueuses aux jambes.

Pour clôturé camp de concentration Américain en 44 et torture parce qu' il parlait Allemand.

Et petit fils d' en républicain Espagnol et "HOP" camp de concentration Français avec tout juste de quoi manger et à 5 dans 9 m2

pendant 2 ans.

Le rapport avec la numismatique????Tout simple: ces monnaies sont un témoignage qui consiste à dire"PLUS JAMAIS CELA".

Partager ce message


Lien à poster
just now, Manfred1 said:

The other variant is the "Hern S123" with the Wreath and the Protea.

The other variant is the "Hern S123" with the Wreath and not the Protea.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster

2017/18 Hern catalogue indicates the values (in South African Rand) as follows,

 

S123 = Unc R20,000, EF R8,000, VF R2,500 

S124 = Unc R5,000, EF R2,500, VF R525

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

    • 4 Posts
    • 117 Views
    • 7 Posts
    • 1141 Views
    • 4 Posts
    • 111 Views
    • 2 Posts
    • 129 Views



×