Jump to content

Figleaf

Members
  • Posts

    289
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    18

Everything posted by Figleaf

  1. Il existe toute une série de médailles sur la famine de 1771 et 1772. On dit que cette famine était liée à l'éruption du Vesuvius, par les cendres, qui ont bloqué partiellement la lumière du soleil même à l'autre coté des Alpes. Cette famine était très important pour introduire le pomme de terre en Prusse et en Autriche. Quelques médailles sont frappées pour être vendu comme souvenir une fois que la famine était passé, d'autres pour les autorités locales comme propagande pour inciter ceux qui avait du blé de le vendre. Le même médaille existe avec un avers plus approprié avec la légende FORTUNA IN DER KAMER / BRINGT GROSE NOT UND IAMER - FORTUNA IN DER WELT BRINGT NAHRUNG BROD UND GELD. Capital dans la chambre emporte grand misère - capital dans le monde emporte nourriture, pain et argent. Le message est d'invester le capital disponible (pour que les fermiers ruinés pouvaient recommencer?)
  2. Texte Arabe: sultan Saeed ibn Burgash ibn sultan (en trois lignes) Allah (haut) hafiza (bas) - sultan Sa'id fils de Bargash fils du sultan, que dieu lui protège. Ce texte confirme l'autorité du sultan, puisque il est fils du sultan. Son nom est entouré d'un voeux, le nom d'Allah par des signes célestes. Cette pièce est frappé à Birmingham. La balance, symbole de justice (adil) était aussi beaucoup utilisé sur des pièces de la compagnie des Indes Britannique. On dit que ces pièces one circulées en Oman, mais la famille Al Busa'id est divisé en 1861 entre les frères ainés de Burgash, Majid et Thuwaini. Les deux branches ne s'aiment pas trop à cause d'une querelle sur l'héritage de leur père. En plus, après les réformes monétaires de 1299 au Zanzibar, la monnaie de Muskat n'était plus le même. De pièces similaire ont été frappé pour les incursions Allemande et Britannique sur la côte est de l'Afrique dans le cadre de la division des terres Arabes en Afrique entre les pouvoirs coloniales Européens.
  3. Pièce commun, mais très intéressant au nom de Jean-Théodore de Bavière, prince-éveque de Liège. av: armes de Bavière (lozenges) et le Palatinate (lion rampant), couvert dún chapeau d'évêque, sur un epée (pouvoir séculier, prince) et une crosse épiscopale (pouvoir ecclésiastique, évêque) entre 4 et L (dénomination). Légende: Iohannis.THEODorvs.CARdinal.Dei: Gratia.BAVariae.Dvx - Jean-Théodore Cardinal par la grâce de Dieu duc de Bavière rv: en cruciforme,les armes de Bouillon (haut), Horne (bas), Franchimont (droit) et Loon (gauche) autour du Perron de Liège sur un écu, millésime dans les quatre coins. Légende: EPiscopvs.ET.PRINceps.LEOdium .DVX.Bullionum.Marches .Franchimontum.Comes.Loon.Hornum - évêque et prince de Liège duc de Bouillon marquis de Franchimont comte de Loon et Horne. Théo avait donc trois titres. Celui de duc de Bavière était bidon parce que ce était son frère aîné. Archi-évêque de Cologne était automatique pour le deuxième fils du duc et menait presque automatiquement au titre de Prince-Evèque de Liege et des domaines annexes. Les familles Wittelsbach (Bavière) et Habsburg (Autriche) contestait le pouvoir dans le Saint Empire Romain (Allemagne), culminant dans la guère de succession Autrichienne, qui épuisait les deux parties tellement, que la Prusse devenait le pouvoir dominant en Allemagne. Liège est devenu territoire tampon entre la France et la République (Pays Bas). Les Habsburgs ont déclarées invalides les plaquets d'argent de 12 liards (Vanhoudt J 29), pendant Liège les acceptait pour 14 liards. Ce était un bon échange, parce que la monnaie de Liège était accepté. L'argent obtenu par Liège a été changé contre des pieces en cuivre très légers (Vanhoudt G 1345-1353) et des plaquets de mauvaise qualité (Vanhoudt G 1354, 1355 et 1356) frappé en grandes quantités, qui ont également circulé dans les Pays-Bas autrichiens. Le cuivre et l'argent Liégeois ont inondées les Pays-Bas autrichiens. Liège a bénéficié deux fois, en acceptant l'argent Autrichien et en les payant avec de mauvais pièces de cuivre tandis que les Autrichiens ont manqué un afflux d'argent et ont été laissés avec des mauvais pièces en circulation. Jean-Théodore doit avoir mal évalué le pouvoir restant des Habsbourg. Il y avait un procès devant la cour impériale. Jean Théodore n'avait aucune chance de gagner, car l'accusateur, procureur et juge étaient tous les représentants de l'empereur allemand, un Habsburg, et il avait comme allié seulement la Bavière et il avait tort. Le 20 mars 1754 Liège a été privé de droit de monnayage. Depuis, Il n'y a que des petits émissions sede vacante qui ont plus de caractère des souvenirs que des pièces de monnaie (G 1357-1368).
  4. Pièce en haut: Egypte, KM 220, para 1255/5 (1843) au nom de Abdul Mejid. Au revers: 5 sanat zarb fi misr - an 5 frappé en Egypte. Pièce en bas: Empire Ottoman (appelé "Turquie" par KM) KM 670, 40 para 1255/22 ou 23 au nom de Abdul Mejid, monnaie de Istanbul (qustantiniyah). Personnellement, je crois que c'est 1255/23, mais je ne suis pas sûr. Les deux pièces sont nettoyé trop vigoureux. Dommage. Peter
  5. En effet un liard de Reckheim sans date (environ 1640-1644) au nom de Ferdinand de Lynden. P. Lucas, Monnaies seineuriales Mosane 1982, #288-291, Jean De Mey Les monnaies de Reckheim 1968, #153-155 av: couronne et armures de Lynden (gauche), Gouffier (droite) et Rekem (dessous) en cruciforme autour d'un fer à feu Bourguignon. FERDinandvs.COMes.De.LINden.RECHEM - Ferdinand comte de Lynden Reckheim re: armure de la famille de Lynden. On note en haut et à droite l'aigle de la famille de l'Este. BAROn.De.BORSheim.THIENes.Z - baron de Borsheim Thienes etcetera. Les comtes de Reckheim étaient de petits nobles catholiques sous la protection de Habsbourg qui ont mené une guerre économique avec des pièces trop léger à la fois contre la République des Sept Provinces Unis protestant et les Wittelsbach, prince-évèques de Liège, archi-éveques de Cologne et surtout ducs de Bavière et archi-ennemis des Habsbourg.
  6. Il est quand même important de respecter le patine original. Si on frotte une pièce comme ça, on perd non seulement du patine, mais on risque aussi des fine rayures.
  7. Je ne vois pas d'autre solutions. Comparez cette exemplaire un peu plus clair.
  8. Bonne exemplaire. A 16 mm il s'agit d'un dinero de vellon au nom de Jaume el Just de Aragon, comte de Barcelone, Cayón 1845. http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_II_d%27Aragon
  9. Mes livres numismatiques prennent plus de place que ma collection, mais c'est vrai que j'aime les pièces Espagnoles. Ce sont souvent de magnifiques puzzles.
  10. L'indication de l'essayeur est très important sur les pièces (coloniales) Espagnoles, car parfois il facilite l'identification d'une pièce avec marque d'atelier peu lisible ou absent ou sans date. Ici, il n'aide pas, parce que les pièces n'étaient pas encore daté par la monnaie de Mexico et l'atelier est clair. Cayón 3919 var. Cette pièce surprends parce que normalement la denomination est à droite et les marques d'atelier et essayeur sont à gauche. Cette inversion se passe plus souvent, mais il n'est pas répertoriée par Cayón pour ce type.
  11. En effet, Tunis KM 174, 2 kharub (1/8 riyal) 1289 AH (1872 AD) au nom du sultan Ottomane Abdul Mejid et du bey de Tunis Mohammed al-Sadiq. Le texte au-dessus de la date est: zarb fi tunis, frappé à Tunis. Poids officiel 12.5 grammes.
  12. Kleef est en Allemagne. Ce n'était jamais Néerlandais, même si des soldats Néerlandais ont défendu la ville protestante contre l'empereur Allemand catholique. Peter
  13. Pièce en haut: Egypte, KM 220, para 1255/5 (1843) au nom de Abdul Mejid. Au revers: 5 sanat zarb fi misr - an 5 frappé en Egypte. Pièce en bas: Empire Ottoman (appelé "Turquie" par KM) KM 670, 40 para 1255/22 ou 23 au nom de Abdul Mejid, monnaie de Istanbul (qustantiniyah). Personnellement, je crois que c'est 1255/23, mais je ne suis pas sûr. Les deux pièces sont nettoyé trop vigoureux. Dommage. Peter
  14. Bonne trouvaille, mais 1862 C est connu et dans KM. Peter
  15. On a utilisé 25 paires de coins pour la production de 1769 à Enkhuizen, tous fait main - environ un par semaine, puisque le cuivre est acheté en juin et nous ne connaissons pas la date de livraison. Trouver exactement le même sera une coincidence, (sauf dans un grand lot) et sans intérêt numismatique. Cette date est d'ailleurs commun au Pays Bas. Peter
  16. Pièce Ottomane (mais pas Egyptien) de 20 para 1277/4 (1864). La date 1277 est le premier année de la règne du sultan Abdul Aziz. Il faut ajouter l'année regnal 4 (en dessous le toughra) La légende autour la dénomination est 'azz nasrahu zarb fi qustantinyah: que sa victoire soit glorieux frappé à Constantinople. KM 701, poids officiel 10.8 grammes. Peter
  17. Désolé, c'est pas rare mais aussi commun que 1765 (même prix dans Nederlandse Munten par Tom Passon - ISBN 978-9066220058). Le problème est simplement qu'ils ne sont pas mentionné dans les rapport de la monnaie de Enkhuizen. Un achat de cuivre est retrouvé, daté le 17 juin 1769. Le cuivre est partagé par Dordrecht (monnaie de Hollande) et Enkhuizen. Comme on sait le poids du métal envoyé à Enkhuizen et le poids du cuivre nécessaire pour la production (incl. pertes de production), on pouvait estimer que environ 731 000 pièces ont été produit. (Hollandse en Westfriese duiten 1739-1780 par A. Sassen dans Jaarboek voor Munt- en Penningkunde 1912, pages 187-195). Le petit navire est un pêcheur d'harengs (haringbuis), différent parlant de Pieter Buyskes, directeur du monnaie de Enkhuizen. Poids officiel 3,24 grammes. Peter
  18. Triple oops. Vous avez parlé du 25 cent, moi du 10 cent. Heureusement l'histoire est semblable. Deux sous-types: 1) 1898 type Pander 1898 (frappé 1900-1902) 2) 1901-1906 tête légèrement plus large, N dans la légende s'approche du cou. Petits différences oreille. Ces petits modifications sone effectué par Wienecke. Peter
  19. Liard (oord) 1712 (les seules dates connus sont 1712-1715; 1712 est le plus commun) de Charles VI d'Autriche. Atelier: Bruges (fleur de lis sous la buste). Vanhoudt J4, Delmonte Z 374. Légendes: avers: CAROLVS VI D:G: ROM:IMP:HISP:REX. = Charles VI par la grâce de dieu empereur Romain roi d'Espagne. revers: ARCHID.AVST DVX.BVRG.BRABANT Zc = date archiduc d'Autriche duc de Bourgogne Brabant etcetera .17 12. Le titre d'Espagne vient de la guerre de la succession Espagnole. Charles VI n'avait plus le droit d'utiliser ce titre après la paix de Utrecht (1713). Le titre de Bourgogne vient de la mariage de Marie la riche, duchesse de Bourgogne et seul enfant de Charles le téméraire avec Maximilien d'Autriche. Le titre d'empereur Romain signifie empereur de l'Empire Allemand (histoire compliqué). Peter
  20. Il-y-a en fait trois sous-types et c'est au moins partiellement la faute d'un français. La reine Wilhelmina étant trop jeune quand (10 ans) son père, Willem III est décédé, était sous tutelle de sa mère, Emma. Elle serait majeure en 1898, alors en 1897, on a commencé les préparations pour une pièce commémorative de 2-½ gulden. Les dessins sont livrés par Pier Pander en 1898. Les néerlandais ont engagé le français Paul Tasset (c'est le mauvais de l'histoire ) pour graver les coins. Il à pris jusqu'a février 1900 pour livrer, et son travail était défaillant. Le graveur-général de la monnaie de Utrecht a adapté les coins et la pièce commémorative est émise en 1900, au millésime 1898. La commémorative avait un succès éclatant, mais il n'y avait que 100 000 exemplaires. Les autorités ont alors décidé de émettre tout un série de pièces. Puisque il n'y avait pas beaucoup de temps (pour cacher leurs erreurs?), plusieurs graveurs (aha!) on travaillé sur la série. Les premières émissions sont tous frappé largement au millésime 1898 dans la période 1900-1902. Le graveur Wienecke a légèrement changé le concept de Pander en 1903. Les trois sous-types du 10 cent sont alors: 1) 1898, 1901 type Pander (frappé 1900-1902) 2) 1903 tête légèrement plus large, petits différences au revers 3) 1904-1906 type Wienecke (légende finit sous le cou) La photo vient du livre Nederlandse Munten par Jacques Schulman (3ième édition, Amsterdam 1966) Peter
  21. En effet duit de Zélande, type frappé de 1792 à 1797 à Middelburg (tour entre deux macarons). Le revers n'est pas usé, mais enlevé pour que le blason peut servir comme symbole. Je connais un cas ou cette méthode à été utiliser pour marquer une coffre comme contenant du "courrier diplomatique" et donc hors limites pour les douaniers. Une autre possibilité est que la pièce a été utilisé comme décoration de meuble. On remarque les lettres ET E sous le blason, parti du légende LUCTOR ET EMERGO, je lutte et j'émerge, motto du Zélande, qui fait référence au lutte contre le mer. Peter
  22. Merco hpdp! Bonne foto. Peter
  23. Un de mes amis est archéologue professionnel dans le sud des Pays Bas, pres de la frontière Belge. Il voudrait identifier un fragment d'une pièce qui ressemble à un écu d'or au soleil (Dy 771-781). On lit à un côté FRANCIS et à l'autre côté AT:IPERA avec une partie du croix fleurdelisée, ce qui fait penser à REGNAT et IMPERAT. Le diamètre estimée est de 26 mm, alors ce n'est pas un demi écu. A cette endroit, on aurait attendu lire une partie de XPS:IMP, IMPERAT, S:IMPERA ou similaire, mais le XPS semble manquer totalement. Le M manquant ne me fait pas trop de soucis (voir Dy 775var), mais le XPS me gêne, d'autant plus que la variation XPS VINCIT REGNAT (ET) IMPERAT est connu et utilisé sur pièces, monuments, documents et médailles. Aucun variant de ce type est répertorié par Duplessy. Pouvez-vous nous aider à identifier ce fragment? Merci d'avance. Peter
  24. Au nom du prospecteur Canadien et de moi même un très grand merci à tout qui ont répondu, mais en particulier à Paris et Arnaud Clairand, qui ont trouvé la réponse. Nos deux sites viennent de ajouter un petit détail à l'histoire française. Ça ne se passe pas chaque jour... Peter
  25. Je crois qu'il s'agit d'un 8 reales 1701-1731, type frappé à Mexico seulement. J'ai inclus l'illustration du 1709 seulement à cause de la forme du croix. De nombreuse variants existent Peter
×
×
  • Create New...